Publicité

25 février 2021 - 11:06 | Mis à jour : 13:36

Négociations

Collège Lionel-Groulx: en faveur d'une grève à 71%

Par Salle des nouvelles

Dans le contexte du renouvellement de la convention collective de ses membres, et comme 28 autres syndicats affiliés à la Fédération du personnel professionnel des collèges, le Syndicat du personnel professionnel du Collège Lionel-Groulx (SPPCLG) s’est prononcé en faveur de la tenue d’une grève, équivalant à cinq jours, exercée au moment jugé opportun.

Réunis en assemblée générale le 18 janvier 2021, les membres du syndicat ont exprimé leur mécontentement dans le contexte des négociations du secteur public et voté à 71 % en faveur de la grève.

Devant l’impasse aux tables de négociations causée par des offres du gouvernement jugées insultantes, les membres du SPPCLG envoient un message clair au gouvernement sur la véritable crise des conditions de travail qui est vécue sur le terrain. « Dans le contexte de la pandémie, nous avions demandé au gouvernement de reporter les négociations après la crise. Il a refusé. Nous ne pouvons pas rester de glace si nous voulons préserver les acquis chaudement remportés par nos prédécesseurs. Nos membres s’investissent corps et âme dans la réussite collégiale des étudiantes et étudiants. L’éducation est au cœur de tant d’enjeux socioéconomiques. Le gouvernement doit le reconnaître », mentionne Pierre Levasseur, président du SPPCLG.

Rappelons qu’en novembre dernier, l’Institut de la statistique du Québec confirmait que la rémunération globale des employés de l’État québécois accuse un retard de 9,2 % par rapport aux autres salariés du Québec.

Les syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) avaient le mandat de tenir des votes de grève jusqu’à la fin du mois de janvier, conformément au mandat adopté dans le cadre de leur conseil général des négociations.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.