Publicité

23 mars 2021 - 09:47

Négociations des conventions collectives du secteur public

Grève au Cégep Gérald-Godin

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Devant l’impasse des négociations du secteur public entre le gouvernement et le Syndicat des professeures et professeurs du Cégep Gérald-Godin annonce la tenue d’une journée de grève le mardi 30 mars.

Cet exercice de la grève s’inscrit dans la foulée du mandat voté en février dernier par les membres de la CSQ. Ce mandat peut aller jusqu’à l’équivalent de cinq jours de grève s’il n’y a pas de déblocage des offres gouvernementales dans le cadre de la négociation.

Un cri du cœur pour la négociation

Lucie Piché, présidente de la Fédération des enseignantes et enseignants du collégial (FEC), réitère que cette annonce de grève est un cri du cœur en faveur d’une négociation qui permettrait d’octroyer une meilleure reconnaissance de notre travail enseignant et, en bout de piste, d’offrir de meilleurs services aux étudiants.

« Les solutions que nous proposons face à la surcharge et au manque de ressources vécus au quotidien dans nos cégeps se butent depuis un an aux fins de non-recevoir du Conseil du trésor aux tables de négociation. Ce n’est pas de gaieté de cœur que nos membres font le choix de la grève. Il est de notre devoir de dénoncer le refus du gouvernement Legault d’octroyer des ressources supplémentaires afin de soutenir le personnel à bout de souffle et d’éviter que les services à la population ne s’engouffrent dans un cul-de-sac », dénonce Lucie Piché.

De son côté, le président du Syndicat des professeures et professeurs du Cégep Gérald-Godin, Sylvain Benoit, estime que les conditions de travail au sein de l’établissement sont l’affaire de tous et qu’un changement s’impose. « À l’aube du budget du 25 mars, nous lançons un appel à une relance économique qui saura enfin reconnaître à leur juste valeur de nos emplois. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement. Ses promesses électorales d’améliorer les services à la population doivent se concrétiser aux tables de négociation», conclut-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.