Publicité

12 juin 2021 - 07:01

Agrile du frêne : un fléau

Sainte-Thérèse offre un programme aux citoyens pour le remplacement de frênes abattus

Par Catherine Deveault

Depuis quelques années, l’agrile du frêne est un  fléau qui touche de nombreux arbres sur le territoire thérésien. Pour pallier cet enjeu,  la Ville de Sainte-Thérèse annonce la mise en place d’un nouveau  programme permettant aux citoyens de remplacer gratuitement un frêne abattu sur leur terrain en raison de l’agrile du frêne, par un arbre d’une autre essence. 

« Ce programme permettra de maintenir le couvert forestier de la ville, un concept important pour la préservation de l’environnement. Rappelons que la présence d’arbres permet de réduire les îlots de chaleur et d’améliorer la qualité de l’air, contribuant à accroître la qualité de vie générale des citoyennes et des citoyens! », mentionne la mairesse de la Ville de Sainte-Thérèse, madame Sylvie Surprenant. 

Fonctionnement du programme 

Pour en bénéficier, les Thérésiens devront tout d’abord se procurer un permis gratuit pour abattre l’arbre. La demande de permis se fait en ligne, elle doit inclure une photo démontrant que l’arbre est atteint de la maladie, ainsi que le certificat de localisation indiquant son emplacement. Les citoyens ayant fait une demande de permis d’abattage en 2019 et en 2020 seront également éligibles au programme. 

Les citoyens recevront ensuite leur nouvel arbre lors d’une journée de distribution qui se tiendra annuellement. La première aura lieu cet automne et les propriétaires détenant un permis d’abattage seront contactés pour s’y rendre. 

Les essences offertes varieront en fonction des disponibilités, il s’agira de petits, moyens et grands arbres, d’environ 2,5 à 3 cm de diamètre au moment de la  plantation. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.