Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Région des Laurentides.

Déploiement des équipes mixtes d'interventions psychosociales et policières de proximité dans la région des Laurentides

durée 15h30
6 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, accompagné du député de Saint-Jérôme, Youri Chassin, a annoncé le déploiement d’équipes mixtes d’interventions psychosociales et policières de proximité dans la région des Laurentides.

Un montant de 516 400 $ est octroyé afin de soutenir le déploiement de ces pratiques qui consistent, de façon générale, à joindre une intervention psychosociale à une intervention policière.

Ce projet est issu de l’une des mesures du Plan d’action interministériel en santé mentale 2022-2026 et vise à assurer une réponse adaptée aux personnes qui traversent une situation de crise et à limiter les hospitalisations, la judiciarisation ou le recours à des ressources spécialisées lorsque cela n’est pas nécessaire.

Pour la mise en œuvre et la consolidation des pratiques mixtes d’interventions psychosociales et policières de proximité au Québec, les investissements du ministère de la Santé et des Services sociaux et du ministère de la Sécurité publique seront de respectivement 42,7 millions $ et 14,5 millions, sur 5 ans, pour un total de 57,2 millions $.

« Les expériences de pratiques mixtes d’interventions psychosociales et policières de proximité ont démontré leur efficacité, et nous sommes fiers de pouvoir soutenir le déploiement de telles équipes dans la région des Laurentides. Cette mesure vise à mieux répondre à la fois aux enjeux de sécurité publique et aux besoins de santé et de services sociaux des personnes en situation de crise ou de vulnérabilité confrontées à différentes difficultés psychosociales. Il s’agit d’une action novatrice mise de l’avant dans notre plan d’action en santé mentale 2022-2026. », commente Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

« Comme intervenants de première ligne, nos policiers sont appelés à intervenir auprès de personnes en situation de crise dont certaines présentent des symptômes de troubles mentaux ou des troubles mentaux avérés. Les investissements de votre gouvernement permettront de consolider les projets menés localement par les corps policiers et le réseau de la santé, et aussi de favoriser la mise en œuvre de nouvelles pratiques mixtes d’interventions psychosociales et policières de proximité en fonction des besoins et des réalités des communautés. », mentionne Geneviève Guilbault, vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique.

« Je suis très heureux que la région des Laurentides puisse bénéficier de la mise en place de telles équipes. Elles permettent, entre autres, d’établir un dialogue et un lien de confiance entre les patrouilleurs et les citoyens, les groupes communautaires, les intervenants. À Saint-Jérôme, une expérience probante a été menée l’été passé. Je remercie le ministre Lionel Carmant de sa sensibilité à ces enjeux et d’avoir su répondre concrètement aux besoins, et ce, pour toutes les Laurentides. », rajoute Youri Chassin, député de Saint-Jérôme.

En contexte d’intervention de crise, les expériences de pratiques mixtes d’interventions psychosociales et policières de proximité menées jusqu’à maintenant démontrent que la présence ou le soutien d’intervenants sociaux facilitent le désamorçage de la crise et permettent notamment une analyse de la situation psychosociale de la personne et des facteurs de risque ainsi qu’une estimation de la dangerosité.

Ces pratiques permettent également d’assurer l’accessibilité, la fluidité et la continuité des services par l’orientation de la personne, de la famille et de l’entourage vers les services appropriés. En réduisant le risque d’interventions policières répétées, elles favorisent un retour à une situation d’équilibre, permettant le rétablissement de la personne dans la communauté.

Les expériences démontrent que ce type d’interventions concertées facilite la direction des personnes qui présentent des symptômes de troubles mentaux ou des troubles mentaux avérés, ou qui sont en situation d’itinérance ou à risque de le devenir, vers les ressources appropriées.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


25 novembre 2022

Les pédiatres révisent leurs recommandations sur le temps d'écran des tout-petits

La Société canadienne de pédiatrie a abandonné sa directive d'il y a cinq ans qui limitait le «temps d'écran» pour les tout-petits et les enfants d'âge préscolaire: elle encourage plutôt les parents à accorder la priorité aux émissions éducatives, interactives et adaptées à l’âge.  Dans de nouvelles directives publiées jeudi, la Société ...

24 novembre 2022

Transition énergétique: des milliers de tonnes de nouveaux déchets à gérer

La transition énergétique devrait permettre de réduire les gaz à effet de serre, mais elle entraînera également l’apparition de nouveaux types de déchets. Dans une étude publiée mardi, RECYC-QUÉBEC souhaite stimuler la réflexion pour gérer de façon optimale les centaines de milliers de tonnes de nouveaux matériaux qui devront éventuellement être ...

22 novembre 2022

Il n'y a jamais eu autant d'infirmières au Québec, rapporte leur ordre professionnel

Le nombre d’infirmières a encore crû au Québec au cours de la dernière année, confirme mardi l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec. Et l’Ordre remarque une hausse de l’effectif dans le secteur privé. Selon les statistiques annuelles qui viennent d’être publiées par l’OIIQ, 82 271 infirmières étaient inscrites au tableau de l’Ordre, le ...