Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Association du transport urbain du Québec

L’ATUQ dévoile l’étude sur les émissions de gaz à effet de serre évitées par les services de transport collectif

durée 09h30
11 mai 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Réalisée pour le compte de l’Association du transport urbain du Québec (ATUQ) par la firme Golder Associés Ltée, une étude menée en 2021 visant à quantifier les émissions de gaz à effet de serre (GES) évitées pour les régions métropolitaines de Québec-Lévis et de Gatineau par l’utilisation du transport collectif confirme que celui-ci est un des moyens les plus efficaces pour arriver réduire les émissions de GES.

Le constat principal du rapport établit que les réseaux de transport collectif des deux régions étudiées permettent d’éviter près de 654 000 tonnes de CO2 annuellement, dont 192 502 pour Gatineau et 461 476 pour Québec-Lévis. En d’autres termes, ces émissions évitées représentent l’équivalent de 23 % et 16 % des émissions produites par le secteur du transport routier dans ces régions.

À l’échelle de la province, le transport routier était responsable en 2018 du rejet de 28 700 000 tonnes d’équivalent de CO2 dans l’atmosphère, représentant 35,6 % des émissions totales de la province. Pour réduire de 35 % ces émissions, cible fixée par la Politique de Mobilité durable (PMD) du gouvernement du Québec, le transport collectif est clairement un outil essentiel à privilégier et soutenir.

« Les résultats de l’étude certifient l’importance du transport collectif pour limiter les émissions des GES pour les territoires de Gatineau et de Québec-Lévis, mais tout autant à l’échelle du Québec. On peut aussi conclure que le transport collectif offre à ses clients et à tous les citoyens une option réelle pour réduire leurs propres émissions de GES. », soutient Marc Denault, président de l’ATUQ.

Selon la méthodologie développée par l’American Public Transportation Association (APTA) et le Transit Cooperative Research Program (TCRP), trois catégories d’émissions de GES ont été évaluées afin d’en arriver à cette estimation : l’effet du transfert modal de l’automobile vers le transport collectif, l’effet d’allègement de la congestion routière et l’effet de la densification urbaine à laquelle contribue les réseaux de transport en commun.

Ces quelques statistiques illustrent l’importance des réseaux de transport collectif dans nos communautés, tant sur le plan environnemental qu’économique. Le rapport complet de l’étude est disponible sur le site web www.atuq.com.

L’ATUQ désire remercier pour leur collaboration la Ville de Gatineau, la Ville de Québec, la Ville de Lévis, le Réseau de transport de la Capitale, la Société de transport de Lévis, la Société de transport de l’Outaouais et la Direction générale du ministère des Transports en Outaouais.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


2 février 2023

La vaccination COVID-19 cible maintenant qu'une partie de la population

Dorénavant la vaccination contre la COVID-19 est recommandée seulement à certaines personnes en particulier celles qui n’ont jamais contracté le virus selon ce qu’a annoncé en point de presse le directeur national de la Santé publique, le Dr Luc Boileau.  En effet, après l’analyse de plusieurs données et recherches, il a été remarqué que les ...

2 février 2023

Québec et Maritimes: 48 heures de froid intense et de fort refroidissement éolien

Une assez brève mais très intense période de froid enveloppera plusieurs régions du Québec à compter de la nuit de vendredi, alors qu’en quelques heures, le mercure chutera de près de 25 degrés Celsius. Environnement Canada précise que les régions de l’Outaouais, de Montréal, de l’Estrie, de la Beauce, des Basses-Laurentides, de Lanaudière, de la ...

2 février 2023

Jour de la marmotte : Fred est décédé la veille de sa prédiction

La célèbre marmotte de Val-d’Espoir en Gaspésie, Fred, est malheureusement décédée cette nuit la veille de sa prédiction au sujet de la longueur de l’hiver à l’occasion du Jour de la marmotte. La petite bête poilue avait neuf ans, mais la petite localité est connue pour son évènement depuis quatorze ans. Toutefois, la cérémonie a bien eu lieu, ...