Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

NÉGOCIATIONS

À 24 heures d’une grève générale illimitée pour le CPE de la Vallée

durée 13h00
11 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Les travailleuses du CPE de la Vallée en sont à leur 5e journée de grève et à la veille d’une grève générale illimitée, si aucun règlement ne parvient en cette journée de négociation.

Après quelques rencontres avec l’employeur, les parties ne sont toujours pas arrivées à un terrain d’entente. Aujourd’hui, la négociation se poursuit en présence d’un conciliateur.

Le syndicat souhaite conclure cette négociation et mettre fin à la grève. Le seul enjeu restant, soit celui de l’autopause, semble être trop exagéré pour la partie patronale pour arriver à un règlement.

« L’employeur indique avoir été au maximum de leur capacité de payer. L’employeur croit que l’autopause est sécuritaire, nous sommes persuadées du contraire. Il faut une surveillance constante auditive ET visuelle, et ce, à TOUT moment. La sécurité des tout-petits est prioritaire pour les travailleuses, n’attendons pas qu’un accident survienne », avance Julie Germain, porte-parole du syndicat des CPE des Laurentides – CSN.

« Pour un employeur, c’est à son avantage au niveau de la sécurité d’exclure l’autopause mais pour cela, il doit investir dans cette sécurité surtout pour enlever la pression énorme qui repose sur les éducatrices et pour rassurer les parents » ajoute- elle.

« Comment voulez-vous que les membres syndiquées se fassent une tête sur sa réelle incapacité de payer? N’importe qui est capable de faire un tableau en y insérant quelques chiffres, d’autant plus que ceux fournis ne sont pas vérifiables. Pour le Conseil central des Laurentides et de la CSN, il est plus que temps que l’employeur règle cette négociation. Chaque jour les parents confient leurs enfants aux éducatrices, ces femmes ne doivent pas subir de pression au niveau de la surveillance des enfants. La CSN sera derrière le syndicat de la Vallée » renchérit Chantal Maillé, président du Conseil central des Laurentides.

À propos

La FSSS–CSN représente la très grande majorité des travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance avec près de 11 000 membres, partout au Québec. Elle est la plus grande organisation syndicale en santé et services sociaux et dans le réseau des services de garde.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


2 décembre 2022

Christian Dubé lance un appel aux infirmières pour venir en aide

La situation dans le système de santé au Québec «va continuer d’être difficile» au cours des prochaines semaines, a prévenu jeudi le ministre de la Santé, Christian Dubé.  Il lance un appel aux infirmières afin qu’elles viennent prêter main−forte au service Info−Santé. Très populaire, la ligne 8−1−1 a reçu pas moins de 10 000 appels dans la ...

1 décembre 2022

Prestation dentaire canadienne: les demandes reçues dès aujourd'hui

Les parents peuvent déposer dès aujourd'hui une demande de Prestation dentaire canadienne afin d'offrir des soins de dentiste à leurs enfants. Cette mesure vise à alléger en partie l'augmentation du coût de la vie pour les Canadiens à revenu modeste. Ce programme est offert aux enfants de moins de 12 ans dont le foyer a gagné moins de 90 000 $ en ...

30 novembre 2022

Près de 5000 espèces présentent un certain niveau de risque de disparition au Canada

Le rapport Espèces sauvages 2020 publié mardi par le gouvernement fédéral indique que 4883 espèces présentent un certain niveau de risque de disparition au Canada. La première étape afin de prévenir la disparition d’espèces est d’identifier celles qui existent, où elles se retrouvent et quel est leur statut. C'est ce que fait le Canada depuis ...