Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Ministère des Transports du Québec

Le CPÉRL présente de nouvelles données sur le manque d’effectifs et de financement

durée 13h00
12 juillet 2022
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par Mickael Couillerot, Journaliste

Le Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides (CPÉRL) appuie sans réserve la sortie des maires de la région, le 30 juin dernier, qui, à l’invitation de la mairesse de Sainte-Adèle, dénonçaient les lenteurs, la lourdeur et les lacunes du ministère des Transports du Québec (MTQ).

En effet, deux récentes études commandées par le CPÉRL démontrent que le financement et la répartition des effectifs sont inadéquats pour combler les besoins de la 4e région la plus peuplée du Québec.

« Depuis des années, par citoyen, par véhicule et par accident mortel, les investissements consentis par le MTQ à la région des Laurentides nous placent bons derniers par rapport aux autres régions. Il est grand temps que le MTQ mette de l’avant des solutions qui passent notamment par un nouveau partenariat et partage des responsabilités en matière de travaux routiers. Nous en parlions en haut lieu du MTQ depuis 2019 », résume d’entrée de jeu Scott Pearce, président du CPÉRL, préfet de la MRC d’Argenteuil et maire du Canton de Gore.

Un financement inadéquat de nos routes, qu’on le regarde sous différents angles

En réaction à la sortie des maires du 30 juin 2022, la porte-parole régionale du MTQ a évoqué l’important investissement récemment annoncé de plus de 300 M$ au chapitre des investissements bisannuels 2022-2024 du MTQ.

Bien que le montant de 323 millions de dollars consacré en 2022-2024 pour la région dépasse le sommet connu en 2016-2018, cet effort n’est pas suffisant, car la région des Laurentides demeure toujours au 9e rang parmi les 17 régions administratives pour les montants d’investissements annoncés.

Pris sous l’angle des investissements annuels par citoyen (per capita) ou par véhicule (immatriculations), le sous-financement de la région est patent : les Laurentides sont encore bonnes dernières.

« Si on regarde sous l’angle du nombre d’accidents mortels, le sous-financement se révèle être un bien funeste indicateur de notre dernière place au Québec », se désole Scott Pearce. Un déficit de maintien d’actifs qui explique l’état déplorable de nos routes.

La région connaît également un déficit de maintien d’actifs qui nécessite des investissements importants au Plan québécois des infrastructures (PQI) afin d’y remédier : il manque 317 M$. Ce déficit est directement causé par un manque d’entretien.

Une affectation d’effectifs du ministère inadéquate pour l’importance de la région.

Alors que la région des Laurentides représente un poids démographique de plus de 7 % pour le Québec, 4e en importance démographique, la région dispose de moitié moins d’effectifs.

De plus, deux régions, soit la région des Laurentides et la région de Lanaudière, représentant plus de 1,1 millions de Québécois et plus de 125 municipalités, sont actuellement gérées en partie par un seul et même bureau du MTQ, et l’autre partie des deux régions est gérée à partir de Montréal. Les ouvriers voués aux opérations au sud de la région sont plutôt situés à Laval.

« Nous nous expliquons mal cette situation alors que toutes les autres régions du Québec bénéficient d’un bureau et de ressources dédiées », fait remarquer le président du CPÉRL.

Une représentation dès 2019 pour donner davantage de place aux municipalités de la région.

« Dès le mois de mai 2019, les préfets des Laurentides ont fait des représentations auprès du cabinet du ministre des Transports pour qu’un véritable partenariat s’instaure entre le MTQ et les équipes municipale, au profit d’une délégation de responsabilités — assortie évidemment d’un financement adéquat qui vient avec. Je m’en souviens, j’y étais. Et c’est ce qu’ont répété la semaine dernière les mairesses et les maires des Laurentides : entendons-nous et mettons-nous en action, pour ne plus que des accidents mortels surviennent par les délais indus et induits par une conception de la gestion et du service public qui n’ont plus leur place aujourd’hui », conclut Scott Pearce, en indiquant que des représentations auprès de la haute direction et du cabinet du ministre des Transports seront effectuées dans les prochaines semaines.

À propos du CPÉRL

Le Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides (CPÉRL) représente et soutient les intérêts de la région des Laurentides auprès des instances gouvernementales. Formé des préfets des sept municipalités régionales de comté et du maire de la ville de Mirabel, le CPÉRL travaille à concilier les efforts des décideurs de chaque territoire.

commentairesCommentaires

0

Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Un comité parlementaire examine l'aide médicale à mourir et les troubles mentaux

Une psychiatre a déclaré devant le comité mixte spécial du Parlement sur l'aide médicale à mourir que les personnes atteintes de troubles mentaux peuvent souffrir pendant des décennies et que leur détresse est tout aussi valable que celle d'une personne souffrant de douleurs physiques. Les personnes souffrant «uniquement» de troubles mentaux ...

23 septembre 2022

Le nombre d’arrivées internationales au pays a augmenté en juillet

Le nombre d’arrivées internationales au Canada a augmenté en juillet dernier, mais il n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la pandémie, indique Statistique Canada. L’agence indique que 11 fois plus de voyages au Canada ont été effectués par des résidents américains en juillet comparativement à juillet de l’an dernier. Mais ce bilan ...

15 septembre 2022

Le Québec aura un jour de deuil pour les funérailles de la reine, mais pas férié

Le gouvernement du Québec a confirmé mercredi soir, avec l'adoption d'un décret, que lundi prochain sera un jour de deuil à l'occasion des funérailles d'État de la reine Élisabeth II, mais qu'il ne sera pas férié comme pour les fonctionnaires fédéraux. Par voie de communiqué mercredi soir, le gouvernement a indiqué que cette journée de deuil se ...