Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Les discussions sur les transgenres n'ont pas leur place au Canada, dit Trudeau

durée 16h10
13 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau a dénoncé mercredi la résolution des conservateurs visant à interdire les transitions de genre des mineurs ou l'opposition de Québec aux toilettes non genrées dans les écoles.

«On a besoin d'être là les uns pour les autres. (...) Toutes ces discussions qui visent à susciter la division et même de la haine n’ont pas leur place au Canada», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse dans le sud-ouest de l'Ontario, en marge de la réunion de son caucus national.

M. Trudeau a affirmé que «moi, la préoccupation que j'ai», c'est l'augmentation des crimes haineux dans la société.

Il a cité le cas des quatre membres d'une famille musulmane qui «ici, à London», ont été tués «de façon horrible à cause de l'islamophobie» dans une attaque au camion-bélier.

«On voit des parades de la Fierté à travers le pays qui ont besoin de plus de sécurité ou qui ont été annulées à cause de préoccupations au niveau de la violence», a-t-il poursuivi.

Selon lui, «les leaders, les vrais leaders, on est là pour protéger les Canadiens, être là pour se défendre les uns les autres pendant qu'on bâtit un monde meilleur».

Samedi, lors de leur congrès sur le thème du «gros bon sens», les conservateurs ont voté à 69,2 % en faveur d'une résolution visant à interdire les transitions de genre des mineurs. Un militant avait alors expliqué que cela est une décision importante qui nécessite «un consentement bien éclairé», ce dont seraient incapables les enfants.

Une déléguée montréalaise avait pourtant prévenu ses collègues lors des (extrêmement brefs) débats sur cette résolution que «les libéraux ne demanderaient pas mieux que de pointer cette question et de dire que nous divisons le pays».

Une autre résolution sur les transgenres visait à restreindre l'accès aux toilettes, vestiaires, refuges et prisons pour femmes aux personnes «de sexe féminin» au nom de la «sécurité, la dignité et l'intimité». Elle a récolté 86,6 % d'appui.

À l'Assemblée nationale du Québec, mardi, le ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, s'est opposé à la décision d'une école secondaire de l'Abitibi-Témiscamingue qui avait entrepris des travaux afin d'offrir des blocs sanitaires mixtes à ses élèves pour la rentrée 2024-2025.

«On ne pense pas que ce soit une bonne idée. (...) L'école doit effectivement rectifier le tir», a-t-il poursuivi, en ajoutant qu'il est toutefois ouvert à un cabinet de toilette individuel mixte.

Le ministre a soulevé un problème d'intimité pour les adolescentes qui vivent leur puberté et qui pourraient être heurtées par les comportements des garçons.

Michel Saba, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La Ville de Sainte-Thérèse célèbre l’action bénévole

Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, la Ville de Sainte-Thérèse a tenu sa Soirée reconnaissance des bénévoles le 16 avril dernier au Cabaret BMO Sainte-Thérèse. Près de 200 bénévoles y étaient rassemblés et ont eu la chance d’assister au spectacle intime de Frédérick De Grandpré. « Cette année, la thématique est ...

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

durée Hier 15h00

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...