Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Statistique Canada

Un adolescent sur quatre est victime de cyberharcèlement

durée 12h00
21 septembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Au Canada, un adolescent sur quatre a été victime de cyberintimidation, ce qui a des conséquences néfastes sur sa santé mentale, indique un nouveau rapport de Statistique Canada.

Les jeunes qui ont été victimisés en ligne courent un risque accru de dépression, d'anxiété, de symptômes de troubles de l'alimentation, de pensées suicidaires ou de tentatives de suicide, révèle l'étude publiée mercredi.

L’étude a également révélé que les jeunes transgenres et non binaires, ainsi que les femmes attirées par d’autres femmes, courent un risque plus élevé d’être victimes de cyberintimidation.

«La victimisation ciblée spécifiquement liée à l'orientation sexuelle et à l'identité de genre des adolescents est courante et peut être particulièrement préjudiciable à la santé mentale des adolescents LGBTQ», indique le rapport.

Les adolescents vivant avec des problèmes de santé chroniques, notamment l'asthme, le diabète, l'épilepsie, les troubles d'apprentissage, le trouble déficitaire de l'attention, les troubles du spectre autistique et les troubles du spectre de l'alcoolisation fœtale, sont également plus susceptibles de subir de la cyberintimidation, surtout s'ils vivent dans des ménages à faible revenu.

«La gestion quotidienne requise par de nombreuses conditions, ainsi que les limitations d'activités chez certains jeunes, peuvent, par exemple, distinguer les jeunes de leurs pairs et leur conférer un désavantage social», mentionne l'étude.

Celle-ci a évalué les réponses de 13 602 adolescents âgés de 12 à 17 ans, ainsi que de leurs parents, dans le cadre de l'Enquête canadienne sur la santé des enfants et des jeunes de 2019.

L'étude a révélé que 24,6% des adolescents avaient été cybervictimisés au moins une fois au cours de l'année précédant leur participation à l'étude.

Le taux de cyberintimidation pourrait être encore plus élevé, a prévenu Hayley Hamilton, scientifique principale au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto.

Mme Hamilton et ses collègues ont mené une enquête auprès des jeunes de l'Ontario de la 7e à la 12e année en 2021: celle-ci a révélé que 30% des adolescents ont déclaré avoir été victimes de cyberintimidation au cours de la dernière année.

Il s’agit d’une augmentation par rapport à environ 22% les années précédentes, a relevé la scientifique, soulignant que la pandémie de COVID-19 était un facteur probable, car les enfants et les adolescents passaient beaucoup plus de temps en ligne qu’auparavant.

«L'une des choses qu'il est important de retenir, c'est que nous trouvons également des associations entre la fréquence d'utilisation des médias sociaux et la cyberintimidation», a mentionné Mme Hamilton.

Des données à mettre à jour

De nouvelles études avec des données plus récentes sont nécessaires pour déterminer si la cyberintimidation s'est maintenue au même niveau ou a augmenté depuis 2021, ou si elle a diminué avec la levée des restrictions liées à la pandémie, a-t-elle avancé.

«Cela pourrait aller dans les deux sens. Il s'agit de savoir si les gens conservent ou non les habitudes qu'ils avaient pendant la pandémie», a indiqué Mme Hamilton, soulignant que les jeunes ont également souffert d'une détresse psychologique, d'une anxiété et d'une dépression accrues pendant la pandémie.

L'un des problèmes de la cyberintimidation par rapport à l'intimidation en personne à l'école est que «le public est bien plus grand et plus large», a déclaré Mme Hamilton.

«Il est difficile d'échapper à la cyberintimidation. Vous savez, vous pouvez sortir d'une école et ne voir cette personne que le lendemain si c'est face à face, a-t-elle rappelé. Mais en cas de cyberintimidation, vous avez votre téléphone et il vous suit partout.»

Mme Hamilton a déclaré que les résultats de l'étude soulignent l'importance pour les parents d'être conscients de ce que font leurs enfants en ligne et d'avoir des discussions ouvertes sur les activités et les expériences en ligne.

Faible représentation de certains groupes

Bien que Statistique Canada considère son enquête généralement représentative des enfants et des jeunes partout au pays, le fait est qu'elle n'a pas atteint les adolescents des Premières Nations vivant dans des réserves ou les jeunes vivant dans des foyers d'accueil ou des institutions, a indiqué Mila Kingsbury, une analyste de l'agence qui a co-écrit le rapport.

Cela est dû au fait que les participants ont été recrutés parmi le bassin de personnes recevant l'Allocation canadienne pour enfants, qui couvre la majorité des familles avec enfants, a-t-elle expliqué.

---

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l'Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l'unique responsable des choix éditoriaux.

Nicole Ireland, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


La Ville de Sainte-Thérèse célèbre l’action bénévole

Dans le cadre de la Semaine de l’action bénévole, la Ville de Sainte-Thérèse a tenu sa Soirée reconnaissance des bénévoles le 16 avril dernier au Cabaret BMO Sainte-Thérèse. Près de 200 bénévoles y étaient rassemblés et ont eu la chance d’assister au spectacle intime de Frédérick De Grandpré. « Cette année, la thématique est ...

Les besoins en psychologues seront comblés en 2026, estime le ministre Carmant

Les besoins en psychologues dans le réseau de la santé seront pourvus dans deux ans, selon les estimations du ministre des Services sociaux, Lionel Carmant.  Lors de l’étude des crédits budgétaires, jeudi, il a expliqué qu’il y avait 2271 psychologues actuellement dans le réseau et que les besoins se situaient à 2340, pour cette année, donc un ...

durée Hier 15h00

Près de 80 % des Québécois veulent une loi sur le don d'organes

Alors que l'Assemblée nationale se penche sur des façons d'améliorer la performance du Québec en matière de don d'organes et de transplantation, un nouveau sondage révèle que près de 80 % des Québécois sont favorables à l'adoption d'une loi pour y arriver.  Selon la directrice générale de Transplant Québec, Martine Bouchard, cela démontre ...