Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé

Cancer du sein: impacts positifs du programme québécois de détection, selon l'INSPQ

durée 09h00
10 janvier 2024
durée

Temps de lecture   :  

2 minutes

Par La Presse Canadienne

Le Programme québécois de dépistage du cancer du sein (PQDCS), qui a été lancé en 1998 par le ministère de la Santé et des Services sociaux, laisse entrevoir un impact positif sur le taux de mortalité selon le rapport d’évaluation de l’Institut national de santé publique (INSPQ).

Le rapport dévoilé cette semaine signale que depuis 1998, le taux de participation au PQDCS a augmenté de 16 points de pourcentage, de 49,6 % en 2001 à 65,6 % en 2019. Au cours des dix dernières années, les taux de détection des cancers du sein ont progressé, tout comme la détection des cancers repérés précocement.

La proportion d’investigations conclues par examen d’imagerie a bondi, passant de 67,2 % en 1998 à 80,9 % en 2019. Parallèlement, la proportion d’investigations diagnostiques requérant des biopsies chirurgicales a chuté de 7,6 % des cas en 1998 à 1,2 % en 2019.

Cependant, le rapport de l’INSPQ suggère que même si la capacité du PQDCS à détecter les cancers du sein s’est améliorée, ce fut au prix de l’augmentation des faux positifs. 

Le nombre de participantes ayant dû subir une investigation diagnostique à la suite d’une mammographie de dépistage a augmenté. Dans la plupart des cas, les résultats ont été bénins, mais ces examens complémentaires ont pu générer de l’anxiété, de la douleur et des biopsies chez les femmes touchées, selon le rapport.

Depuis son lancement en 1998, le Programme québécois de dépistage du cancer du sein a accueilli un million et demi de Québécoises âgées de 50 à 69 ans. Il a permis d’effectuer près de six millions de mammographies, pour détecter 35 000 cancers du sein. 

La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


23 février 2024

Les outils pour cesser de fumer sont connus, mais peu utilisés par les fumeurs

Une recherche indique que même si une majorité de fumeurs et d’anciens fumeurs récents du Québec connaissent les services d’aide pour renoncer au tabagisme, peu les utilisent.  Un document publié jeudi par l’Institut national de santé publique (INSPQ) ajoute que même les aides pharmacologiques et les services bien connus sont relativement peu ...

22 février 2024

Les hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires bondissent au Canada

Alors que de nombreux hôpitaux sont surchargés un peu partout à travers le pays, le nombre d'hospitalisations des enfants pour des maladies respiratoires a grimpé en flèche, revenant ainsi aux taux prépandémiques.  C'est ce que révèlent les données de l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS) publiées jeudi. Pour la période 2022-2023, ...

22 février 2024

Nouvelle plateforme pour aider les aînés à prendre en charge leur santé

Une nouvelle plateforme dévoilée officiellement jeudi vise à fournir aux aînés et à leurs aidants les informations dont ils ont besoin pour prendre en charge leur état de santé ― dans un contexte où, on le sait, il n'y a pas suffisamment de ressources pour répondre à tous les besoins d'une population vieillissante. Élaborée par la Fondation AGES ...