Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

17 cas au Québec

Rougeole: le CIQ étudie s'il faudrait vacciner les enfants entre six et onze mois

durée 18h00
12 mars 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

Les tout-petits âgés de moins d'un an sont présentement les plus vulnérables à la rougeole dans un contexte où il y a une transmission communautaire de cette maladie très contagieuse. Le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) étudie s'il faudrait vacciner les six à onze mois. 

En date de lundi, 17 cas de rougeole ont été déclarés au Québec, dont 13 se trouvent dans la région de Montréal. La meilleure façon de se protéger contre cette maladie est de se faire vacciner. 

Selon le calendrier vaccinal du Québec, les enfants sont vaccinés contre la rougeole à l'âge de 12 et 18 mois et ils sont protégés à 95 % de cette maladie tout au long de leur vie. Toutefois, on observe des taux inégaux de vaccination et parfois particulièrement bas dans les écoles, ce qui inquiète la santé publique depuis quelques semaines. 

Selon les données de la santé publique, 87 % des élèves du primaire sont adéquatement vaccinés et 88,8 % pour les jeunes du secondaire. Les autorités visent une protection de 95 % de la population, soit par un historique de maladie ou par la vaccination. 

Comme les enfants de moins d'un an n'ont généralement pas reçu de vaccin, ils sont plus vulnérables à la rougeole, qui peut entraîner des complications graves comme de la cécité, une encéphalite, une pneumonie, et dans un cas sur 3000, la mort. 

Dans le cadre d'un webinaire organisé mardi par le Collège des médecins auquel plus de 11 000 professionnels de la santé ont participé, la Dre Caroline Quach-Thanh, microbiologiste-infectiologue au CHU Sainte-Justine, a déclaré que ceux qui sont vaccinés avant l'âge de 12 mois ont une réponse bien moindre et dans le long terme.  

«Quand on regarde d'un point de vue populationnel, ces gens risquent de faire diminuer la protection collective et donc on pourrait se retrouver dans une situation où il y a beaucoup plus de susceptibilité à la rougeole», a-t-elle expliqué.  

Elle a fait savoir que la recommandation actuelle est de vacciner les six à onze mois qui vont dans des pays où le risque de rougeole est grand. 

Cette tranche d'âge peut aussi recevoir le vaccin dans des contextes de post-exposition à la rougeole. «Par exemple, s'il y avait un cas dans la garderie où le milieu de soin que le tout-petit a fréquenté. Si le cas est pris assez tôt, il pourra recevoir le vaccin», a mentionné Dre Quach-Thanh. 

Elle a précisé qu'on peut donner le vaccin à une personne trois jours après le premier contact avec un cas de rougeole. «En théorie, on aurait sept à dix jours. Le Comité sur l'immunisation du Québec se penche sur la question à savoir si on pourrait allonger cet intervalle au-delà de trois jours», a fait savoir Dre Quach-Thanh.

Le CIQ devrait se pencher sur la question jeudi et vendredi, selon Dre Quach-Thanh. Une réponse officielle provinciale est attendue après. 

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


VPH: une seule dose de vaccin suffit pour les groupes plus jeunes

Le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) recommande désormais une seule dose de vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) pour les enfants et les jeunes âgés de 9 à 20 ans. Elle maintient toutefois sa recommandation de deux doses pour les personnes de 21 à 26 ans. Le comité affirme que les recherches démontrent qu’une ...

durée Hier 18h00

Des écologistes perturbent l'accès à l'Aéroport de Montréal

Des militants écologistes qui réclament la fin de tout nouveau projet d'exploitation fossile perturbent l'accès à l'Aéroport international Montréal-Trudeau. Des militants du groupe «The last generation» se seraient collé les mains au sol, sur l'une des voies qui mènent au débarcadère de l'aéroport de Montréal, mercredi vers 10 h. «Trois ...

durée Hier 15h00

Des médecins ont présenté des symptômes de stress post-traumatique durant la pandémie

Près d'un médecin sur cinq a présenté des symptômes de trouble du stress post-traumatique pendant la pandémie de COVID-19, révèle une nouvelle méta-analyse pilotée par un médecin de l'Université d'Ottawa. L'enquête a mesuré une prévalence de TSPT de 18,3 % parmi les médecins de 25 pays pendant la pandémie, ce qui est trois fois plus élevé que la ...