Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

L'usage du français dans l'espace public est stable au Québec, selon l'OQLF

durée 15h00
4 avril 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

L'usage du français dans l'espace public demeure stable au Québec depuis 2007, d'après une nouvelle étude de l'Office québécois de la langue française (OQLF). 

En 2022, 79 % des Québécois utilisaient le plus souvent le français dans l'espace public, selon des données publiées jeudi par l'OQLF. 

Ce pourcentage est semblable à ceux observés au cours des 15 années précédentes, «ce qui traduit une stabilité quant à la langue utilisée à l'extérieur de la maison avec des personnes autres que les parents ou les amis», indique l'Office dans un communiqué. 

L'étude de l'OQLF repose sur des données provenant d'un sondage mené entre mars et mai 2022 auprès de 7171 Québécois, ainsi que sur des groupes de discussion afin d'approfondir les résultats du sondage. 

Les régions métropolitaines de Montréal et de Gatineau affichent les proportions de personnes disant recourir au français les plus faibles par rapport aux autres régions du Québec à l'étude. Elles se situent à 68 % et 63 % respectivement. 

À l'inverse, Montréal et Gatineau ont enregistré les proportions les plus élevées des personnes utilisant le plus souvent l'anglais dans l'espace public, soit 13 % et 15 %. 

Pour l'ensemble du Québec, ce pourcentage est passé de 10 % à 8 % entre 2007 et 2022, tandis que celui des personnes utilisant le plus souvent le français et l'anglais a augmenté, passant de 11 % à 13 %. Ce dernier indicateur grimpe à 22 % à Gatineau et 18 % dans la région montréalaise. 

L'OQLF révèle par ailleurs que les personnes de 18 à 34 ans affichent la plus faible proportion pour l'usage du français à l'extérieur de la maison, à 74 %. Toutefois, il s'agit du groupe d'âge chez qui le pourcentage de personnes utilisant le français et l'anglais est le plus élevé (16 %). 

L'étude montre également que la proportion de personnes utilisant le plus souvent le français varie en fonction de la situation de communication. Par exemple, elle s'établit à 78 % lors de la livraison d'un repas, mais monte à 90 % dans les communications avec les services du gouvernement du Québec. 

 

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 15h00

La Maison Jean Lapointe souhaite rejoindre les jeunes en ligne avec l'initiative TBH

La Maison Jean Lapointe a lancé une initiative pour rejoindre les jeunes sur les réseaux sociaux afin de prévenir les dépendances aux drogues et à l'alcool chez les 12 à 17 ans. L'initiative TBH, pour «To be honnête», permettra à l'organisme de continuer à atteindre les jeunes de cette tranche d'âge pendant les vacances scolaires. La Maison ...

durée Hier 12h00

Le contenu haineux généré par l'IA est en augmentation, disent des experts

Le contenu haineux généré par l'intelligence artificielle (IA) est de plus en plus présent, selon des experts. «Je pense que tous ceux qui font des recherches sur les contenus haineux ou les médias haineux voient de plus en plus de contenus générés par l'IA», a affirmé Peter Smith, journaliste qui travaille pour le Réseau canadien ...

durée Hier 9h00

En moyenne un enfant par jour se rend aux urgences en lien avec une noyade

Au Québec, pendant les mois d'été, en moyenne un enfant par jour se rend aux urgences pour une noyade ou une quasi-noyade, selon une nouvelle étude. L'étude sera officiellement présentée en septembre lors du congrès annuel de l'Association canadienne de chirurgie pédiatrique, mais le Dr Hussein Wissanji, chirurgien pédiatrique à l'Hôpital de ...