Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Près de 70 % des personnes qui fument le font quotidiennement

Données de l'ISQ: les Québécois fument moins la cigarette, mais vapotent plus

durée 15h00
30 mai 2024
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La proportion des Québécois qui fument la cigarette tend à diminuer, mais ils sont plus nombreux à vapoter, montre de nouvelles données de l'Institut de la statistique (ISQ) dévoilées jeudi.

L'Enquête québécoise sur le tabac et les produits de vapotage de 2023 a été menée auprès de 12 000 personnes de 15 ans et plus. Il en ressort que les jeunes fument moins, mais ont davantage adopté la vapoteuse. Environ 29 % des 15-17 ans ont dit avoir fumé la cigarette au cours des 30 jours avant l'enquête, 27 % des 18-24 ans et cela grimpe à 90 % pour les personnes de 65 ans et plus.

Par ailleurs, près de 70 % des personnes qui fument le font quotidiennement.

En ce qui a trait au vapotage, environ 22 % des personnes de 18 à 24 ans vapotent comparativement à 4,3 % des 35-64 ans et seulement 1,1 % des 65 ans et plus. Lorsque l'on regarde l'ensemble de la population, ce sont 7 % des Québécois qui ont vapoté en 2023 alors qu'en 2020, c'était 4,1 %.

Les moyens les plus utilisés pour s’approvisionner en appareils ou en liquides de vapotage sont l’achat dans une boutique spécialisée (60 %), l’emprunt ou le partage avec des proches (17 %) et l’achat dans un dépanneur, une tabagie ou une station-service (16 %).

La proportion des gens qui fument la cigarette continue de chuter. Entre 2020 et 2023, les données montrent que la proportion de personnes qui fument la cigarette est passée de 12 % à 11 %. Les hommes sont par ailleurs plus nombreux que les femmes à avoir fumé la cigarette (12 % contre 10 %). Il n'y a pas de différence significative entre les sexes pour le vapotage.

Les données de l'ISQ indiquent également que les habitudes de consommation du vapotage sont bien ancrées dans le quotidien des gens. Une personne sur deux a dit vapoter sur une base quotidienne au cours des 30 jours précédant l’enquête, 23 % l’ont fait au moins une fois par semaine et 27 % au moins une fois au cours des 30 derniers jours.

Parmi les personnes qui ont vapoté récemment avant la collecte de données, environ une sur deux a indiqué qu'elle avait l'intention de cesser de vapoter au cours des six prochains mois. Pour la cigarette, 65 % des gens voulaient arrêter de fumer d'ici six mois.

De manière globale, 85 % de la population n'a consommé ni cigarette ni produit de vapotage au cours des 30 jours précédant l'enquête de l'ISQ. La proportion de ceux qui ont consommé les deux s'élève à 2,4 %.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux.

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Le ministre de la Santé, Christian Dubé, prévoit un été «difficile» dans les hôpitaux

La situation dans le réseau de la santé du Québec cet été sera similaire à celle des années passées, soutient le ministre Christian Dubé, tout en admettant que la saison chaude sera «difficile» en raison du manque de personnel et des vacances. On prévoit la fermeture de plus de 1500 lits cet été. C’est 115 de moins par rapport à l’an dernier. Le ...

durée Hier 15h00

Déménager est maintenant un «cauchemar» pour les locataires, prévient un regroupement

Déménager quand on est locataire est devenu un véritable parcours du combattant, selon le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), qui prévient que l'approche visant à construire plus de logements préconisée par les gouvernements ne rendra pas la tâche plus facile pour les personnes à la recherche d'un ...

durée Hier 11h00

Un plus grand nombre d'enfants exposés à la violence conjugale

À l’occasion de ce 21e bilan annuel, les directrices et directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) ont choisi d’unir leur voix pour parler d’un aspect important et souvent méconnu de leur travail : les enfants exposés à la violence conjugale. D'ailleurs, il y a eu une augmentation des cas d'enfants exposés à la violence conjugale.  La ...