Publicité

28 mai 2021 - 10:00

Les membres de la Coalition Santé Laurentides en attente de garanties 

Rencontre avec la ministre responsable de la région des Laurentides 

Par Catherine Deveault

Les membres du comité directeur de la Coalition Santé Laurentides se disent heureux de constater que l’adoption jeudi le 6 mai 2021 dernier d’une Motion unanime à l’Assemblée nationale, pour « demander au gouvernement de soutenir la région des Laurentides en misant sur un rattrapage financier et une accélération des projets de modernisation  et d’agrandissement de ses centres hospitaliers ».

Cela a permis la tenue d’une rencontre, vendredi le 21 mai 2021 dernier, avec la ministre responsable de la région des Laurentides, la députée de Bertrand Nadine Girault, accompagnée de quatre autres députés de la région.  

« Ce fut une rencontre lors de laquelle la ministre régionale a démontré de l’ouverture et de  l’écoute », affirme d’entrée de jeu Bruno Laroche, président de la Coalition Santé Laurentides (CSL) et président du Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides (CPÉRL). « Nous souhaitons maintenant qu’elle porte avec engagement la voix des demandes formulées par la Coalition auprès du Conseil des ministres et que cela se traduise en actions concrètes, car il y a  urgence d’agir maintenant. Ça fait presque un an que le Premier ministre a formulé des demandes concrètes, particulièrement à l’égard de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. Peu de choses ont  bougé depuis… », fait remarquer l’élu. 

« Pour tout le personnel médical et hospitalier de la région qui se démène corps et âme pour une région en croissance exponentielle et en vieillissement accéléré, on doit envoyer un signe plus fort  et cela passe par un engagement de la part de nos députés. Nous avons fait des propositions concrètes pour accélérer le processus de modernisation de nos centres hospitaliers, dont notre vaisseau-amiral. Nous sommes encore en attente », fait remarquer quant à lui le Dr Daniel Picard, président de l’Association des médecins et professionnels pour l’avancement de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme. 

Rappelons que la Coalition Santé Laurentides veut que le gouvernement s’engage en faveur d’un rattrapage financier, respecte les échéanciers prévus pour livrer le projet d’agrandissement et de modernisation de l’Hôpital régional de Saint-Jérôme et une vision d’ensemble en accélérant le développement des projets de modernisation des autres centres hospitaliers qui en ont grandement besoin (Saint-Eustache, Sainte-Agathe, Mont-Laurier, Lachute et Rivière-Rouge). 

Des chiffres qui en disent long 

La croissance démographique des Laurentides, l’une des plus marquées au Québec, crée d’abord une forte pression sur l’accès aux services publics et aux ressources communautaires, déjà fragilisés par un sous-financement. De plus, dans un horizon d’à peine 15 ans, la région comptera sur son territoire le contingent le plus important de personnes âgées de plus de 70 ans au Québec. 

Bien que la région figure au 4e rang des régions administratives du Québec pour ce qui est de la taille de sa population (moins de 120 000 personnes derrière la région de la Capitale-Nationale), certains services n’y sont pas offerts, comme la radio-oncologie et l’hémodynamie.

Résultat : sur les 85 000 épisodes de soins ou services que reçoit la population de la région par année, 30% (25 570 épisodes) sont donnés ailleurs qu’au CISSS des Laurentides.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.