Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
6 octobre 2017 - 11:21

Acquisitions d’œuvres d’art: La Collection de la Ville de Sainte-Thérèse s’enrichit

Par Salle des nouvelles

Le Service des arts et de la culture de la Ville de Sainte-Thérèse est heureux d’annoncer l’acquisition d’œuvres d’artistes professionnels de la région dans le cadre de son appel de dossiers annuel honorant la Politique d’acquisition d’œuvres d’art de la Municipalité.

Les objectifs du fonds d’œuvres d’art de la Ville de Sainte-Thérèse sont principalement d’accroître son patrimoine et de contribuer à son rayonnement, ainsi que de sensibiliser la communauté thérésienne aux pratiques artistiques en arts visuels. La Ville de Sainte-Thérèse souhaite utiliser la collection à des fins de diffusion et d’enseignement, en plus d’accroître son soutien à la création artistique chez les artistes professionnels en arts visuels de la région. Les quatre œuvres choisies par le comité de sélection cette année sont de Marilyse Goulet et de Sandra Djina Ravalia.

Marilyse Goulet vit et travaille dans les Laurentides. Elle est diplômée en arts visuels et en enseignement des arts plastiques de l’UQAM. Fascinée par l’héritage culturel, elle questionne les relations qu’entretient l’humain avec la nature ainsi que la manière dont il conçoit et matérialise sa cohabitation avec elle.

Les trois œuvres acquises par la Ville sont des gravures (eau-forte) : La balade de l’oiseau rouge, Le carrefour du point rouge et Marie-Soleil. Elles sont tirées de l’exposition Manger nomade; l’art de manger un peu partout pour laquelle l’artiste a été récipiendaire du prix Excellence du Conseil de la Culture des Laurentides en partenariat avec Télé-Québec en 2014.

Sandra Djina Ravalia est une artiste multidisciplinaire, titulaire d'une licence en Beaux-Arts décernée avec les honneurs du jury de l'Université Concordia en 2001. Au fil de sa carrière, elle a participé à de nombreux projets artistiques au Québec et en Europe, et a gagné plusieurs prix. Originaire de l'île de La Réunion dans l'océan indien, elle est installée au Québec depuis plus de vingt ans.

Ses principales recherches se penchent sur la relation du corps dans un espace et l'attachement à un territoire. Pour approfondir ses propres réflexions, elle mène des « expériences artistiques » où l'humain devient à la fois cobaye et acteur, pour ensuite créer des œuvres dans un esprit de tissage identitaire. L’œuvre choisie s’intitule Oursin de glace et est composée de techniques mixtes sur panneau de bouleau.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.