Publicité

10 décembre 2020 - 11:00

Collège Lionel Groulx

Antoine Corriveau-Dussault remporte le prix ACFAS Denise-Barbeau

Par Salle des nouvelles

Le professeur de philosophie du Collège Lionel-Groulx, Antoine Corriveau-Dussault a remporté le Prix ACFAS Denise-Barbeau pour la recherche au collégial 2020 de l’Association canadienne-française pour I'avancement des sciences (ACFAS).

Lors du Gala de l’ACFAS qui s’est tenu virtuellement le mercredi 9 décembre, Antoine Corriveau-Dussault a été reconnu pour sa contribution, qui se manifeste dans ses travaux de recherche et ses actions visant à repenser notre rapport à la nature et à tous les vivants.

Ses recherches visent à saisir les bouleversements humains en relation avec les évolutions écologiques naturelles, comme le remplacement d’une espèce par d’autres, les grands feux de forêt et autres cataclysmes, dans une optique d’identifier les impacts néfastes de l’activité humaine sur les écosystèmes.

Son travail a une portée sociétale évidente, vu l’extrême urgence de la situation écologique actuelle et les dangers découlant de la détérioration des écosystèmes pour l’humanité et le vivant en général.

Bien qu’ayant une visée éthique et pratique, son travail s’effectue aussi à un niveau théorique, en mobilisant les apports de la philosophie des sciences, principalement ceux de la philosophie, de l’écologie et de la philosophie de la médecine.

Les contributions d’Antoine Corriveau-Dussault à ces domaines sont importantes, notamment en raison de leur influence et de leur rayonnement qui témoignent du fait que ses idées suscitent intérêt et discussion chez les experts de son domaine.

« En tant qu’institution d’enseignement supérieur, le Collège prend part à de nombreuses activités de recherche, tant fondamentale qu’appliquée », rappelle Michel Louis Beauchamp, directeur général au Collège Lionel-Groulx.

« Les travaux de recherche de M. Corriveau-Dussault s’inscrivent parfaitement dans notre souhait de contribuer au développement intellectuel, social et environnemental. Son sujet s’inscrit dans notre vision d’un monde plus vert. En comprenant mieux le rôle humain relativement aux bouleversements écologiques, nous, comme collectivité, pourrons prendre de meilleures décisions et c’est ce à quoi notre collègue travaille en parallèle à l’enseignement qu’il prodigue en nos murs. »

Enseignant la philosophie au Collège Lionel-Groulx depuis une dizaine d’années, il est professeur associé au Centre interuniversitaire de recherche sur les sciences et les technologies (CIRST) de l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) et membre régulier du Centre de recherche en éthique (CRÉ) de l’Université de Montréal.

Parmi la jeune génération de chercheurs, Antoine Corriveau-Dussault dispose d’un dossier de recherche exceptionnel avec une quinzaine d’articles et chapitres publiés dans des revues et ouvrages prestigieux ayant, pour plusieurs, un rayonnement international. L’intérêt porté à son travail par les experts de son domaine témoigne de la facilité avec laquelle il parvient à faire naître des projets collaboratifs avec ses pairs nationaux et internationaux.

Les activités de recherche d’Antoine Corriveau-Dussault ont un impact substantiel sur son enseignement. Dans ses cours, il tisse des ponts originaux et stimulants pour les étudiants entre les contenus philosophiques classiquement enseignés au cégep et les thèmes sur lesquels portent ses recherches. Les étudiants y découvrent comment la philosophie propose des outils à la fois pour mieux comprendre le monde dans lequel ils évoluent et y agir de manière plus avisée.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.