Publicité
14 octobre 2019 - 06:00

Sécurité routière

La Ville de Mirabel installe des panneaux routiers, dans l'attente d'action de la part du ministère des Transports

Par Salle des nouvelles

La Ville de Mirabel a procédé récemment à l’implantation de panneaux en bordure de certaines routes qui relèvent de la responsabilité du ministère des Transports du Québec (MTQ) dans le but de faire connaître au public sa position quant à la dangerosité de certaines intersections.

Deux types de message figurent sur les panneaux : « Le ministère des Transports ne considère pas cette intersection dangereuse. La Ville oui, soyez prudent! » et « Le ministère des Transports analyse la sécurité de cette intersection. En attendant, soyez prudent! »

« Depuis 2013, la Ville demande au MTQ de prendre les mesures nécessaires afin de sécuriser certaines intersections, jugées dangereuses par les autorités municipales, comme par exemple celle de la route Arthur-Sauvé (148) et du rang Saint-Étienne, mais aucun geste concret n’est posé », a indiqué le maire Jean Bouchard.

Deux automobilistes décédés à cet endroit

Selon le MTQ, « le taux d’accidents à l’intersection de la 148 et du rang Saint-Étienne est faible et l’analyse des données d’accidents ne permet pas d’identifier une problématique ayant un potentiel d’amélioration pour la sécurité routière. »

Ces derniers mois, deux automobilistes ont trouvé la mort à cet endroit, ce qui fait dire au maire Bouchard « qu’il est plus que temps d’agir pour la sécurité des nombreux automobilistes qui circulent sur notre territoire ».

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.