Publicité
22 décembre 2019 - 06:00

Nicolas Arbour, officiellement à la tête du serive de police

Le plus jeune directeur de police nommé à la Ville de Mirabel

Par Salle des nouvelles

Nicolas Arbour, qui agissait depuis quelques mois comme directeur par intérim du Service de police, a été officiellement nommé à ce poste récemment. À 38 ans, cette nomination fait de lui le plus jeune directeur de police à évoluer au sein des corps policiers municipaux, à l’échelle du Québec, et ce, dans une ville dont la moyenne d’âge figure parmi les plus faibles de la province, soit 36 ans.

Questionné sur les principaux objectifs identifiés pour la prochaine année, M. Arbour explique que « le rapprochement avec nos citoyens fera partie de nos priorités en 2020. Par conséquent, nous entendons être encore plus visibles auprès de la communauté mirabelloise ». Dans la poursuite de cet objectif, une division du développement organisationnel et relations communautaires a été créée. Des agents communautaires seront ainsi spécialement formés et déployés sur le terrain.

« Je suis très fier que M. Arbour se joigne à notre équipe de direction et que son expertise soit mise à profit pour diriger le corps de police », indique le directeur général Mario Boily. Il rappelle que Mirabel dessert également la population tout aussi jeune de la Ville de Saint-Colomban, dont la moyenne d’âge est également d’environ 36 ans.

En procédant à l’assermentation du directeur, le maire Jean Bouchard s’est dit quant à lui « très satisfait de l’attitude de M. Arbour auprès des troupes et de son implication dans le renouvellement de la convention collective des policiers ».

Le jeune directeur a fait son entrée dans la fonction publique mirabelloise le 13 mai 2013, à titre de capitaine à la gendarmerie. Le 1er février 2016, il a été nommé au poste d’inspecteur à la gendarmerie. Il détient un certificat en gestion et une maîtrise en administration, spécialisation gestion des organisations en sécurité publique.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.