Publicité

22 mars 2020 - 13:48 | Mis à jour : 15:16

PANDÉMIE COVID-19

Fermeture des établissements scolaires jusqu'au 1er mai

Jessica Brisson

Par Jessica Brisson, Journaliste

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, confirme que les établissements scolaires du réseau de l’enseignement supérieur et les services de garde éducatifs à l’enfance demeureront fermés jusqu’au 1er mai inclusivement.

Même si la situation sera réévaluée à la fin d'avril, le gouvernement du Québec est en mesure d’annoncer que les élèves du préscolaire, du primaire, du secondaire, et ce, des établissements publics et privés, n'auront pas à reprendre l'année scolaire actuelle.

Si les écoles devaient rester fermées définitivement au-delà du 1er mai, le passage des élèves au niveau suivant sera basé sur le jugement professionnel de l'enseignant de l'élève en fonction des deux premiers bulletins. Dans tous les scénarios envisagés, les épreuves ministérielles n'auront pas lieu. « Nous allons demander aux enseignants de prendre en compte les évaluations précédentes », a laissé savoir en point de presse, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. Le ministre a tout de même voulu préciser que les élèves ne passeront pas automatiquement au niveau suivant.

« Nous ne voulons pas transformer les parents en enseignants. »

Pour répondre à la demande des parents qui souhaitent que leurs enfants continuent d'être stimulés sur le plan des apprentissages, le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, M. Jean-François Roberge, a demandé à son ministère et au réseau scolaire de collaborer pour offrir rapidement des activités pédagogiques accessibles, notamment par la télévision publique, le Web et les outils numériques disponibles.

« Nous sommes conscients que les impacts sont importants pour les parents et les élèves, mais leur santé ainsi que celle de la population constitue notre priorité. Plusieurs parents souhaitent avoir des ressources pour permettre à leur enfant de conserver leurs acquis. Nous mettrons donc en place des solutions pour faciliter leur vie pendant cette période d'isolement en rendant disponibles des outils fiables, élaborés par le Ministère, le réseau scolaire et nos partenaires », ajoute le ministre Roberge.

Ainsi, à compter du 30 mars, les parents et les élèves du préscolaire, du primaire et du secondaire auront accès progressivement à des vidéos pédagogiques (ex. : capsule offerte par un enseignant) diffusées à la télévision publique, à une trousse en ligne de ressources élaborées par les partenaires (ex. : applications éducatives) et à des activités pédagogiques optionnelles proposées par le Ministère.

Les élèves qui présentent des difficultés d'apprentissage pourront, quant à eux, bénéficier du soutien offert par des professionnels. Ils auront aussi accès à des services éducatifs complémentaires ainsi qu'aux outils technologiques adaptés à leurs besoins.

L'utilisation des outils proposés aux parents et aux élèves demeure optionnelle et ne constitue pas une obligation puisque le contexte actuel constitue déjà un défi important d'organisation familiale.

Quant aux élèves en formation professionnelle et en formation générale des adultes, ils pourront faire appel à des ressources déjà existantes en formation à distance, en ligne ou par téléphone pour poursuivre leurs apprentissages.

Les activités de formation en ligne mises à profit en enseignement supérieur

Afin d'assurer leur réussite, les étudiants des cégeps, des collèges et des universités auront la possibilité de compléter leur session d'hiver en ligne. Les modalités relatives à la continuité de leur formation leur seront communiquées par leurs établissements d'enseignement respectifs. Les activités normales reprendront à la session d'automne 2020.

Les établissements seront soutenus pour encourager la poursuite ou le démarrage de la formation à distance et tout autre moyen d'enseignement alternatif, à partir du 30 mars.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.