Publicité

27 juillet 2021 - 17:00

Exposer les enjeux des citoyens

La vice-première ministre du Canada de passage à Boisbriand

Par Catherine Deveault

Le 19 juillet dernier, la mairesse Marlene Cordato accueillait à l’hôtel de ville la vice-première ministre du Canada et ministre des Finances, Mme Chrystia Freeland, lors de son passage à Boisbriand. Pour l’occasion, la mairesse de Boisbriand était accompagnée par Liza Poulin, mairesse suppléante de Blainville, et M. Patrick Charbonneau, maire suppléant de Mirabel.

« Nous sommes très honorés d’avoir pu rencontrer et discuter avec la ministre de la relance économique de notre région. Les défis des Basses-Laurentides sont nombreux et je crois que nos trois villes sont très représentatives des besoins régionaux en matière d’emploi et d’économie. »

- La mairesse de Boisbriand

Durant la rencontre, les trois élus municipaux ont pu exposer les enjeux des citoyens corporatifs à la ministre Freeland en cette période de relance économique post-pandémique. « La ministre a été très sensible à nos préoccupations et aux défis auxquels sont confrontées nos entreprises. La présence marquée d’industries, de commerces de détail et de restaurants dans nos trois villes offre une grande diversité d’emplois; il est donc primordial de préserver le dynamisme économique de notre région », précisait Mme Cordato.

La pénurie de la main-d’œuvre, l’accès à un transport collectif structurant, le prolongement de l’autoroute 13, la réduction des gaz à effet de serre (GES) par l’augmentation de la part modale au transport collectif, le soutien aux organismes communautaires et la valorisation du travail bénévole ont fait l’objet de discussions. La rencontre était suivie d’une conférence de presse de la ministre Freeland au cours de laquelle les trois élus ont eu l’occasion de s’adresser brièvement à la presse nationale.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.