Publicité

9 septembre 2021 - 12:00

Terrebonne

Manœuvre électorale frauduleuse: l’Intersyndical réitère la nécessité de changement 

Par Salle des nouvelles

C’est sans réelle surprise mais avec désolation  et beaucoup de contrariété que l’Intersyndical de Terrebonne accueille la décision du Directeur général des élections du Québec (DGÉQ) de déposer un constat d’infraction de manœuvre électorale frauduleuse, au sens de l’article 645 de la Loi  sur les élections et les référendums dans les municipalités, contre Alain De  Choinière, chef de cabinet du maire de Terrebonne, Marc-André Plante. 

Rappelons qu’après une longue enquête de six mois, le DGÉQ en est venu à la  conclusion que M. De Choinière aurait tenu des propos menaçants lors d’une visite  au domicile du conseiller municipal Réal Leclerc, le 26 février dernier. La scène  avait été filmée et plusieurs extraits avaient par la suite été diffusés à TVA  Nouvelles. 

« La Ville de Terrebonne fait encore parler d’elle pour les mauvaises raisons,  a commenté Patrick Lepage, président de la Fraternité des policiers de Terrebonne et porte-parole de l’Intersyndical. Après les perquisitions de l’UPAC et les enquêtes  policières visant l’Hôtel de Ville en 2016, tous avaient espoir qu’un vent de  changement soufflerait sur Terrebonne en 2017. Or c’est tout le contraire qui s’est  produit. Nous avons encore une fois la preuve que le maire et son équipe veulent  s’accrocher au pouvoir à tout prix, en dépit des règles qui les gouvernent. Les  citoyens et les employés de Terrebonne méritent tellement mieux qu’un maire qui  se croit au-dessus de la loi .»

Pour le moment, seul M. De Choinière fait l’objet d’un constat d’infraction de la part du DGÉQ. Mais l’Intersyndical se questionne sur l’implication possible du maire Plante dans ce qu’il est convenu d’appeler « L’affaire Réal Leclerc. » 

« Il n’y a aucun doute dans notre esprit que M. De Choinière n’a pas agi de son  propre chef dans cette tentative d’intimider M. Leclerc afin de l’inciter à quitter la  vie politique, poursuit M. Lepage. Le chef de cabinet est le représentant du maire,  son préfet de discipline et son émissaire. Le nom du maire est d’ailleurs mentionné  dans la vidéo. Comment Marc-André Plante pouvait-il ne pas être au courant de la  teneur de la visite de son chef de cabinet chez M. Leclerc, qui était également le  vice-président de son comité exécutif? ». 

En attendant les suites de l’enquête, l’Intersyndical estime que le maire Plante doit non seulement se dissocier de M. De Choinière, mais également réfléchir à son avenir politique, et ce, dans les meilleurs intérêts de la population. 

« Le temps est venu pour M. Plante de faire un choix. À quelques semaines du  déclenchement des élections municipales, une épée de Damoclès pend au-dessus de  sa tête. Compte tenu des derniers développements, il doit s’interroger sur sa  légitimité à solliciter un deuxième mandat. Qu’est-ce qui est plus important, son  ambition personnelle ou les citoyens de Terrebonne? Poser la question, c’est y  répondre », de conclure Patrick Lepage. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.