Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Projet de loi C-13

Droit de travailler en français: «Ayons les banques à l'oeil», dit Blanchet

durée 10h00
4 avril 2023
durée

Temps de lecture   :  

3 minutes

Par La Presse Canadienne

Le Bloc québécois juge nécessaire la mise en place d'une entente administrative entre Ottawa et Québec afin de s'assurer que leur compromis sur la protection du français soit respecté, particulièrement par les banques.

«Ayons les banques à l'œil», écrit le chef bloquiste, Yves-François Blanchet, dans une lettre ouverte publiée mardi où il plaide pour la mise en place d'une «veille soutenue» du comportement des «entreprises réfractaires» afin qu'elles reconnaissent «le droit inaliénable de travailler en français au Québec».

M. Blanchet explique qu'il «doute de l'efficacité réelle» de ce qu'ont convenu les deux ordres de gouvernement, d'autant plus que cela «valide une étrange pratique» en donnant le choix aux entreprises entre deux lois, ici la Loi sur les langues officielles et la Charte de la langue française du Québec, et de leur permettre de «prendre celle qu'elles préféreront».

Vendredi, le gouvernement Trudeau a annoncé à la fin de l'étude article par article du projet de loi C-13 qui modernise la Loi sur les langues officielles qu'il dépose une série d'amendements qui reflètent son arrangement avec le gouvernement du Québec. Ils ont tous été adoptés à l'unanimité.

Ainsi, les entreprises privées de compétence fédérale en sol québécois ne seront finalement pas forcées de s’assujettir à la Charte de la langue française du Québec, mais ça serait être tout comme, ou presque, si C-13 est adopté, a-t-on expliqué.

Quant aux banques, «toutes» celles qui devaient s'inscrire auprès de l'Office québécois de la langue française (OQLF) l'ont fait, a indiqué une porte-parole de l'institution. Il s'agit de la CIBC, la HSBC, la Laurentienne, la BMO, la Nationale, la Royale, la Scotia et la TD.

Au cours des dernières semaines, Air Canada et la Compagnie des Chemins de fer nationaux (CN) ont annoncé qu'elles s'inscrivaient volontairement auprès de l'OQLF, ce dont elles avaient l'obligation depuis quelques mois à la suite de l'adoption du projet de loi 96 par l'Assemblée nationale. Leurs décisions auraient grandement facilité les tractations avec Ottawa, selon des responsables du gouvernement du Québec.

Le compromis entre Ottawa et Québec avait convaincu vendredi le Nouveau Parti démocratique (NPD) de renoncer à appuyer un amendement - dont les libéraux étaient catégoriquement réfractaires - visant à assujettir ces entreprises à la Charte de la langue française du Québec, ce qui a ainsi brisé la majorité formée avec les députés du Parti conservateur et du Bloc.

Bien qu'il constate que le Québec ait été incapable «d'arracher davantage à Ottawa», M. Blanchet se réjouit que l'entente puisse protéger la langue française. «Ce n'est pas un recul», insiste-t-il en créditant à sa formation politique «une évidence: sans nos efforts soutenus depuis des années, ce progrès n'aurait même pas été considéré par Ottawa».

Le Bloc «envisagera de voter en faveur» du projet de loi puisque sa version modifiée «semble correspondre à la volonté du Québec». Il continuera toutefois à «militer activement» pour que le régime linguistique fédéral ne se consacre qu'à protéger le français dans le reste du pays «où sa survie est en grave péril», précise M. Blanchet.

Maintenant que l'étude en comité est terminée, le projet de loi C-13 est renvoyé à la Chambre des communes pour l'étape du rapport qui précède la troisième lecture. Il sera ensuite envoyé au Sénat. Le gouvernement espère une adoption rapide.

Michel Saba, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


Des juristes mettent en garde contre le durcissement des peines pour crime haineux

Le gouvernement libéral propose des «sanctions draconiennes» dans le Code criminel dans le cadre de son vaste plan visant à cibler la haine en ligne, prévient l'Association canadienne des libertés civiles. Le ministre de la Justice, Arif Virani, a déposé cette semaine un projet de loi très attendu, présenté comme un moyen de faire face aux ...

durée Hier 17h00

Hausse de la pension pour tous les aînés : une étape cruciale est franchie

Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, et Jean-Denis Garon, député de Mirabel, se réjouissent que le projet de loi du Bloc Québécois visant à hausser la pension de la Sécurité de la vieillesse pour tous les aînés à compter de 65 ans, ait franchi une nouvelle étape charnière alors qu’il a été adopté à l’unanimité en ...

27 février 2024

Immigration: Miller n'a «jamais eu l'impression» que le Québec voulait discuter

Le gouvernement du Québec ne souhaite pas réellement avoir une discussion posée avec Ottawa sur les coûts et les conséquences sociales engendrés par l'afflux de demandeurs d'asile, croit le ministre fédéral de l'Immigration, Marc Miller. «La réalité, c'est que je n'ai jamais eu l'impression du gouvernement du Québec qu’ils voulaient vraiment ...