Publicité

23 septembre 2020 - 10:46 | Mis à jour : 10:53

À Saint-Jérôme

39e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes: « courageuses de toutes façons...»

Par Salle des nouvelles

Le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel L’Ancrage (CALACS L’Ancrage) a souligné, vendredi 18 septembre dernier, la 39e Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes (JACVSFF) sous le thème « Courageuses de toutes façons… À notre façon ! ».

Des militantes du comité lutte ont organisé une marche dans la ville de Saint-Jérôme. Une quinzaine de personnes étaient présentes pour démontrer leur solidarité envers toutes les survivantes d’agression à caractère sexuel.

Certains parcours de survivant.es encore perçus comme moins légitimes

Les vagues de dévoilement qui ont eu lieu récemment, particulièrement la troisième vague de cet été, ont permis de mettre en lumière le fléau des violences sexuelles et de s’arrêter un moment pour se recentrer sur les survivantes. La libération de la parole des survivantes a été possible pour plusieurs, que ce soit sur la place publique ou en privé. Il faut toutefois noter que les témoignages les plus médiatisés restent ceux de réseaux majoritaires, blancs et francophones, menant ainsi vers une banalisation de certains vécus et une homogénéisation des expériences.

En effet, les parcours de survivance sont pluriels et multiples et certains sont encore aujourd’hui perçus comme étant moins légitimes. Malgré les mouvements de dénonciation qui se sont succédé, le mythe de la victime parfaite, construit par les systèmes discriminatoires en place, persiste dans
l’esprit collectif. Ces préjugés concourent à invisibiliser les expériences de plusieurs de nos communautés marginalisées : autochtones, racisées, handicapées, LGBTQIA2+, les survivant·es avec un statut migratoire précaire, les survivant·es d’inceste, ajoutant des obstacles importants dans la recherche de soutien ou de justice.

La campagne de la Journée d’action contre la violence sexuelle faite aux femmes 2020 visait donc à reconnaître et célébrer les survivantes et leurs parcours, quels qu’ils soient. Ces trajectoires sont toutes empreintes de courage, un courage qui n’a certes pas été choisi, qui leur est imposé, mais qui est vécu selon les besoins et réalités de chacune.

En ce sens, en plus de la marche, des témoignages répondant aux questions suivantes « Je suis solidaire envers les survivantes de violence sexuelle quand… »; « Je suis courageuse quand... » ont été publiés sur la page Facebook du CALACS L’Ancrage : https://www.facebook.com/CALACS.Lancrage

Le thème met en avant les phrases-clés suivantes:

« Je suis courageuse quand je m’affirme et mets mes limites avec mon partenaire. Je suis courageuse quand je dénonce mon agresseur et je vais en procès pour qu’il ne fasse de mal à aucune autre victime. »

« Je suis solidaire envers les survivantes de violence sexuelle quand je m’affirme dans mes propos féministes et arrive à sensibiliser mon entourage. »

« Je suis solidaire envers les survivantes de violence sexuelle quand je marche pour la cause. »

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.