Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
10 mars 2010 - 00:00

« L'univers » de la robotique se cache à Boisbriand

Par Simon Dessureault

L'Écho de la Rive-Nord a rendu une petite visite à l'entreprise Robot Shop à Boisbriand, une véritable référence internationale pour la technologie robotique domestique et professionnelle.

« On veut devenir la première source mondiale de distribution de robots personnels et professionnels», affirme d'entrée de jeu Mario Tremblay, fondateur et président-directeur général (PDG) de Robot Shop. Son entreprise existe depuis 7 ans sur le boulevard Des Entreprises à Boisbriand.

Robot Shop emploie une vingtaine de techniciens et ingénieurs en robotique ainsi que des programmeurs informatiques. L'entreprise compte aussi plusieurs travailleurs externes en Europe, en Asie, en Malaisie et aux États-Unis. Elle a d'ailleurs un entrepôt au Vermont et compte en ouvrir un autre en Europe l'an prochain.

M. Tremblay a fondé Robot Shop en 2003 lorsqu'il étudiait pour devenir ingénieur en robotique. Il construisait alors des robots chez lui pour devenir un véritable expert. C'est à ce moment qu'il s'est rendu compte qu'il était obligé de commander des pièces d'un peu partout dans le monde pour construire des robots. «C'est là que j'ai vu le besoin en distribution. Il n'y avait pas un seul endroit où l'on pouvait avoir toutes les pièces requises », explique M. Tremblay.

Aujourd'hui la compagnie de Boisbriand est parmi les rares entreprises au monde qui comptent plusieurs milliers de produits robotiques provenant du monde entier. Selon M. Tremblay, il n'y a aucune entreprise semblable autre au Québec et Robot Shop été la première du genre à s'implanter au Canada. Il y aurait une entreprise similaire aux États-Unis et une autre en Europe. « C'est assez unique comme modèle d'affaires », dit-il.

La technologie robotique domestique

Robot Shop est aussi une référence en technologie robotique domestique. Cet aspect de cette science est d'ailleurs appelé à devenir de plus en plus essentiel dans la société. « En ce moment, les premiers robots domestiques arrivent sur le marché. Auparavant, la technologie robotique était confinée à l'industrie, mais aujourd'hui elle commence à entrer dans les maisons sous forme de jouets et de robots utiles pour faire des tâches ménagères comme passer l'aspirateur et la tondeuse », explique M. Tremblay. Robot Shop, qui possède ce type de robots, a aussi un volet jouet qui est très sollicité durant le temps des fêtes. Cependant, la vente de pièces spécialisées pour la construction de robots diverses représente 50% de ses ventes.

La révolution robotique?

D'autres utilités sociales à la robotique pourraient bien devenir la prochaine révolution technologique mondiale après l'automobile, la télévision et l'Internet. « La robotique, ça va beaucoup plus loin que l'on pense. Aujourd'hui l'Internet nous est essentiel et demain la robotique va l'être tout autant. On va manquer de main-d'œuvre au cours des prochaines décennies à cause, entre autres, du vieillissement des baby-boomers. Il va falloir s'occuper des personnes âgées. La robotique pourrait être une solution pour palier le manque de personnel», mentionne M. Tremblay.

Ce dernier ajoute que le Japon voit présentement venir le problème. « Ce pays investi beaucoup dans la technologie. La culture japonaise est très proche des « machines », les objets ont une âme là-bas et on voit la robotique comme la solution pour combler les problèmes de la main-d'œuvre. Ça a pris 30 ans à la télévision pour qu'elle atteigne toute la planète, environ 7 ans pour Internet, 3 ans pour les téléphones cellulaires et 1 an pour Face Book. On verra bien avec la robotique », ajoute le jeune PDG.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.