Publicité

11 juin 2014 - 14:01

Une garderie au cœur d'une controverse

Par Eric Mondou

La construction d’une garderie sur la rue Charles à Saint-Janvier fait réagir vivement l’Union des producteurs agricoles (UPA).

Alors que la Ville de Mirabel a toujours vanté les mérites du site de la rue Victor en zone agricole, l’UPA a toujours scandé de son côté que l’espace sur la rue Charles, situé en zone urbaine, est le plus approprié pour accueillir une gare de train de banlieue.

L’implantation d’une garderie, sur le site où l’UPA voyait un quai d’embarcation être érigé, est perçu par le syndicat agricole comme un « autre » coup sous la ceinture.

« C’est très décevant! Mais ce n’est pas la première fois. C’est comme ça depuis 2005 », a lancé Luc Maisonneuve, agent syndical de l’UPA Outaouais-Laurentides.

Selon lui, cette nouvelle construction « met en échec la vision de l’UPA d’un développement de la zone urbaine ».

Il a rappelé au passage que le secteur autour de la rue Charles n’était pas du tout développé, en 2005, lorsque le syndicat avait proposé pour la première fois le site.

Marcel Denis, le président de l’UPA Sainte-Scholastique-Mirabel, a dit ne pas saisir « le fond » de cette initiative.

Il a rappelé que les relations avec la Ville de Mirabel s’étaient améliorées depuis l’arrivée de la nouvelle administration, mais s’interrogeait encore sur la volonté de celle-ci d’implanter une gare « dans un espace qui ne nuirait pas à l’agriculture ».

Autre type de gare

La nouvelle députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, avait avoué lors de la dernière campagne électorale sa préférence au site de la rue Charles.

Elle estime que le développement autour de ce secteur pourrait avoir des conséquences sur le type de gare construite.

« Si la Ville continue à faire des constructions dans cette zone-là, ça ne pourra plus être une gare régionale, mais plutôt une gare sectorielle où le train ne ferait que s’y arrêter », a-t-elle indiqué.

Même si Luc Maisonneuve croit que ce sera « difficile d’avoir quelque chose de pratique », il considère que la rue Charles demeure néanmoins un meilleur choix que le site de la rue Victor.

La Ville ne peut entraver le développement

Pour des questions juridiques, la Ville ne peut dans aucun cas entraver le développement autour du site de la rue Charles, estime le maire de Mirabel, Jean Bouchard.

« Quand on a des projets conformes à la réglementation qui sont déposés à la Ville, on n’est pas en droit de les refuser. Nous pourrions être passibles de poursuite dans le cas contraire », a indiqué le maire tout en précisant ne pas être étonné de la réaction de l’Union des producteurs agricoles.

Ce dernier a tenu à préciser que le terrain de la garderie appartenait à un propriétaire privé et que celui-ci avait obtenu un permis en bonne et due forme.

Réponse à la fin du mois

Par ailleurs, le maire Bouchard a été informé que la recommandation très attendue de l’Agence des Transports (AMT) quant au choix du site retenu pour accueillir la gare allait être rendue publique à la fin du mois de juin, ce que n’a pas voulu confirmer l’AMT.

Pour la députée de Mirabel, Sylvie D’Amours, il est grandement temps que les choses bougent. Pour ce faire, elle estime nécessaire que « le politique soit mis de côté au profit des études des experts ».

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.