Publicité

15 mai 2020 - 09:47 | Mis à jour : 19 mai 2020 - 08:45

Une équipe d’aides techniques en déficience motrice

Centre de réadaptation en déficience physique à Saint-Jérôme : une équipe décide de créer des milliers de visières pour les soignants du CISSS

Par Salle des nouvelles

Grâce à l’initiative d’une équipe du service d’aides techniques en déficience motrice du centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, des visières de protection sont désormais fabriquées au centre de réadaptation en déficience physique de la rue Boyer à Saint-Jérôme.

Ces visières contribueront à l’approvisionnement d’équipement de protection pour les employés du CISSS des Laurentides. L’équipe du service d’aides techniques a décidé de créer un prototype inspiré du concept initial développé en début de pandémie par le centre de réadaptation Marie-Enfant du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine.

Après avoir obtenu l’approbation de l’équipe de prévention et contrôle des infections du CISSS des Laurentides, l’équipe a pu aller de l’avant avec sa fabrication.

Une commande de 5000 visières à venir

Ces visières sont fabriquées à partir de couvertures transparentes pour documents à boudiner et d’autres matériaux habituellement utilisés pour la confection d’orthèses. Au cours du dernier mois, 1800 visières ont été offertes pour le personnel soignant du CISSS des Laurentides. L’équipe, fière de sa contribution, entame désormais sa production pour une nouvelle commande de 5000 visières.

Pour Rosemonde Landry, présidente-directrice générale du CISSS des Laurentides, cette action démontre l’entraide et la complicité au sein du CISSS: « Ces visières aideront à protéger les membres de nos équipes en première ligne. Je suis fière de voir cette complicité et cette solidarité être si présentes dans notre organisation, encore plus durant cette période de pandémie », a-t-elle déclaré.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.