Publicité

9 décembre 2021 - 15:00

COVID-19

Ottawa n'a pas protégé les travailleurs agricoles étrangers, tranche la VG

Par La Presse Canadienne

La vérificatrice générale du Canada affirme que les inspecteurs fédéraux ne s’assurent pas que les producteurs agricoles protègent correctement les travailleurs étrangers contre la COVID−19.

La vérificatrice générale, Karen Hogan, affirme que cela inclut certaines situations où les inspecteurs ont reçu des rapports et des preuves que de violations en matière de santé et de sécurité.

Cette conclusion explosive est contenue dans un nouveau rapport de la vérificatrice générale déposé à la Chambre des communes jeudi après−midi, et fait suite à de nombreuses éclosions parmi les travailleurs étrangers temporaires dans les fermes depuis le début de la pandémie.

Le gouvernement libéral a promis de nouvelles exigences pour les producteurs agricoles ainsi que des dizaines de millions de dollars en nouveaux fonds l’année dernière pour protéger contre la COVID−19 les quelque 50 000 personnes qui viennent au Canada en tant que travailleurs agricoles saisonniers chaque année.

Pourtant, alors que les inspecteurs du gouvernement considéraient que pratiquement toutes les fermes étaient conformes à ces réglementations, Mme Hogan soutient que la grande majorité de ces notes de passage ont été données sans les inspections appropriées.

Et dans certains cas, les inspecteurs ont négligé ou ignoré des preuves suggérant que les employeurs violaient les exigences, laissant les travailleurs face à un risque accru de tomber malade.

Le rapport de la vérificatrice générale indique qu’un certain nombre de problèmes sont à blâmer, notamment la charge de travail excessive des inspecteurs, dont plusieurs sont relativement nouveaux dans leurs fonctions.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.