Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 novembre 2018 - 08:00

Près de 50 ans plus tard, un propos toujours actuel.

Les finissants du Collège Lionel-Groulx présentent Jeux de massacre

Par Salle des nouvelles

Les finissantes et les finissants en Interprétation théâtrale et en Théâtre-Production du Collège Lionel-Groulx présentent, du 15 au 19 décembre 2018 au Théâtre Lionel-Groulx, Jeux de massacre, un texte d’Eugène Ionesco mis en scène par Alain Zouvi.

 

Une petite ville jusqu’à présent bien tranquille se voit lentement décimée par un mal inconnu. De plus en plus de gens meurent, laissant les survivants dans l’angoisse et la peur. Chacun réagit et se protège comme il peut, aide son prochain ou s’en méfie. Une ombre noire rôdant dans la ville semble observer les événements d’un œil passif. La tragédie au ton absurde pose une question troublante : peut-on espérer un lendemain meilleur ?

 

Il est difficile de ne pas grincer des dents en entendant un personnage de la pièce s’exclamer : « J’avais demandé à ce qu’on établisse une frontière, un barrage pour empêcher les gens des quartiers insalubres de pénétrer et d’aller se réfugier dans les arrondissements moins touchés et surtout le mien, le premier ».

 

Cette réflexion trouve un écho dans plusieurs pays où la montée de l’extrême droite se fait sentir, comme en témoignent par exemple les récentes élections brésiliennes. Bien qu’écrite en 1970, Jeux de massacre pose un regard critique fort sur l’actualité.

 

Représentations au Théâtre Lionel-Groulx


15, 17, 18, 19 décembre, à 19 h 30
16 décembre, à 14 h

Les billets sont en vente à la billetterie du Cabaret BMO, situé au 57, rue Turgeon, à Sainte-Thérèse. Il est également possible de procéder à l’achat en ligne en visitant le www.odyscene.com. Téléphone : 450 434-4006

 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.