Publicité

27 avril 2020 - 16:58

PANDÉMIE COVID-19

Une réouverture des services de garde éducatifs à l'enfance graduelle et ordonnée

Par Salle des nouvelles

Selon la même logique que pour les établissements scolaires, le réseau des services de garde éducatifs à l'enfance sera graduellement rouvert, à compter du 11 mai en zones froides, soit hors Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

D'abord à la liste des emplois prioritaires, puis selon le calendrier de réouverture des secteurs de l'économie québécoise. Le gouvernement du Québec mettra donc fin aux services de garde d'urgence situés à l'extérieur du territoire de la CMM le 11 mai, puis le 19 mai pour ceux à l'intérieur de celui-ci, si la situation le permet. 

Les services de garde dits d’urgence prendront ainsi fin le vendredi 15 mai.

Pour bénéficier du service, l’enfant doit déjà avoir une place dans un service de garde.  L’accès aux services de garde sera élargi progressivement en fonction des mises à jour de la liste des services et activités prioritaires. Le nombre d’enfants augmentera de façon évolutive selon les recommandations de la Direction générale de la santé publique (DGSP).

Si la demande dépasse le nombre de places recommandées par la DGSP, la priorité sera accordée aux parents pour lesquels le télétravail est impossible.

Les enfants d’âge scolaire ne seront plus accueillis dans les services de garde éducatifs à l’enfance.

L’utilisation des services se fait sur une base volontaire. Les parents qui utilisent le service devront recommencer à payer la contribution parentale selon la tarification normale. Les enfants qui ne réintégreront pas tout de suite leur service de garde conserveront leur place, sans frais. Les parents sont invités à communiquer avec leur installation pour convenir des modalités de leur retour.

« La réouverture du réseau des services de garde éducatifs, autorisée par les autorités de santé publique, signale l'entrée dans une nouvelle étape de notre lutte contre la pandémie. Grâce aux règles strictes édictées par le Dr Arruda, le Dr Massé et leur équipe, les cris et les rires se feront bientôt de nouveau entendre dans nos installations, tout en permettant aux éducatrices et aux parents de continuer à se sentir en sécurité », soulignait en point de presse, Mathieu Lacombe, ministre de la Famille.

Le niveau d'occupation des services de garde augmentera graduellement, au fur et à mesure que les différents secteurs de l'économie seront rouverts dans les différentes régions du Québec.

Suivant les recommandations des autorités de la santé publique, le rapport éducatrice-enfants restera à 50 % pour les premières étapes. Les enfants dont les parents ne souhaitent pas les retourner à leur service de garde conserveront leur place habituelle jusqu'à un retour aux activités normales des services de garde éducatifs à l'enfance. En fonction des ratios qui seront appelés à augmenter et pour certaines tâches, le port du masque de procédure sera demandé aux éducatrices. L'équipement nécessaire sera fourni par le ministère de la Famille, qui en coordonnera la distribution avec ses partenaires du réseau.

« Chaque élargissement se fera avec l'accord des autorités de santé publique et en fonction de règles strictes. J'aimerais finalement remercier celles et ceux qui ont travaillé dans le réseau des services de garde d'urgence. Votre courage et votre professionnalisme vous honorent », a conclu le ministre. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.