Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
24 mars 2018 - 11:00 | Mis à jour : 27 mars 2018 - 10:16

Libéraux et conservateurs rejettent le projet de loi du député de Terrebonne, Michel Boudrias, concernant le financement public des partis

Par Salle des nouvelles

 « Oubliez ça, les réformes électorales à Ottawa. En votant contre le financement public des partis politiques, Justin Trudeau a prouvé qu’il est prêt à tout pour empêcher la moindre modification au système tant qu’il sert ses intérêts. Les libéraux ont brisé leur promesse de changer le mode de scrutin et aujourd’hui, ils nous confirment que le financement à coups de soirées mondaines à 1 500 $ l’entrée se poursuivra tant qu’ils seront capables de vendre leurs billets », a déclaré le député de Mirabel, Simon Marcil.

Le député de Terrebonne a fustigé les élus du gouvernement et de l’opposition officielle, qui ont tous voté contre son projet de loi rétablissant le financement public des partis politiques. Le projet de loi C-364 abaissait le montant maximal des dons de 1 500 $ à 500 $ en contrepartie d’un financement public de 1,75 $ par vote reçu pour les partis ayant obtenu au moins 2 % du scrutin en élection.

Instauré par les libéraux de Jean Chrétien alors qu’ils étaient embarrassés par le scandale des commandites, le financement public des partis politiques offrait à toutes les formations un financement stable, prévisible, démocratique et indépendant des grands donateurs. Les conservateurs de Stephen Harper y ont toutefois mis fin dès qu’ils ont obtenu la majorité en Chambre en 2011. Depuis, ils occupent sans interruption la position de tête dans la collecte de contributions politiques.

« Les deux grands partis fédéraux servent leurs intérêts avant de servir la population. Ces démocrates du dimanche jouent avec la confiance du public sans le moindre scrupule et semblent tout faire pour donner raison à ceux qui perdent confiance en nos institutions », s’est désolé Simon Marcil. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.