Publicité
5 avril 2019 - 09:00 | Mis à jour : 09:56

Les élus des Laurentides et de Lanaudière, mobilisés autour du projet du Corridor forestier du Grand Coteau

Par Salle des nouvelles

 

Dans le cadre de la semaine des Éveilleurs de conscience, organisée par le Cégep régional de Lanaudière à Terrebonne, s’est tenue une rencontre de sensibilisation au projet de protection du Corridor forestier du Grand Coteau (CFGC). Plus d’une trentaine de représentants et élus des villes, des MRC, des ministères et des gouvernements du Québec et du Canada ont assisté à l’événement, en plus d’une cinquantaine de citoyens et d’étudiants observateurs.

 

Cette rencontre a mobilisé un nombre d’élus et d’organismes gouvernementaux sans précédent et a permis de démontrer l’ampleur de l’intérêt des acteurs du territoire à participer de manière concrète à la protection de l’environnement. Le projet du CFGC porte sur une superficie boisée de plus de 20 337 hectares sur la Rive-Nord de Montréal qui doit constituer un corridor d’aires protégées de manière à assurer la connectivité des milieux et la migration des espèces, dont certaines sont en voie d’extinction.

« Je suis impressionnée par la force mobilisatrice du projet. Les différents intervenants et élus du territoire ont définitivement reconnu le Corridor forestier du Grand Coteau comme étant un écosystème prioritaire et un lien écologique essentiel dans les basses terres du Saint-Laurent. Nos prochaines actions seront celles de concrétiser cette vision », a souligné Julie Boivin, responsable du projet, mairesse suppléante et conseillère municipale à Sainte-Anne-des-Plaines.

Autour de la table du CFGC, on retrouve neuf villes et MRC, allant de l’Assomption à Mirabel, ayant toutes pour objectif de faire reconnaître le CFGC dans la prochaine édition du Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) afin de protéger le milieu naturel et maintenir la qualité de vie de la population qui y habite. Des villes voisines étaient aussi présentes ce mardi, dont Saint-Colomban à titre d’observatrice, ainsi que plusieurs organismes œuvrant en environnement ou en aménagement du territoire.

Une toute nouvelle plateforme web ainsi qu’une campagne de communication seront lancées dans les prochaines semaines afin de favoriser les connaissances sur le CFGC, de rassembler le plus grand nombre de partenaires autour du projet et de documenter les activités à venir.

 

Étaient présents à l’événement:

Les représentants des députés fédéraux de Terrebonne, de Montcalm, de Thérèse-de-Blainville, de Mirabel, et des députés du Québec de Les Plaines et de Repentigny ainsi que des représentants de monsieur François Legault, Premier ministre du Québec et de monsieur Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de Lanaudière.

Les maires et conseillers municipaux de Sainte-Anne-des-Plaines, Mascouche, Saint-Colomban, Terrebonne, Lorraine, Blainville et de Repentigny.

Des représentants du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation des Laurentides et de Lanaudière (MAMH), de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), de la MRC Les Moulins et de la MRC de Thérèse-De Blainville, ainsi que d’autres organismes partenaires locaux.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.