Publicité

5 avril 2020 - 11:00

COVID-19

Deux cliniques désignées d’évaluation dans les Laurentides

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre de la lutte à la COVID-19, la région des Laurentides a reçu l’aval du ministère de la Santé et des Services sociaux pour l’implantation de deux cliniques désignées d’évaluation, l’une dans les Basses-Laurentides et l’autre dans le secteur centre de la région.

Sur rendez-vous seulement, ces cliniques accueilleront les personnes qui désirent obtenir une consultation médicale alors qu’elles présentent des symptômes d’allure grippale, de gastro-entérite ou des symptômes s’apparentant à ceux de la COVID-19. Il sera possible également d’obtenir au même endroit un test de dépistage de la COVID-19.

Des cliniques accessibles 7 jours sur 7

Les modalités de prise de rendez-vous demeurent les mêmes que pour les tests de dépistage : les usagers doivent communiquer avec la ligne générale 1 877 644-4545. Une infirmière les dirigera vers le service requis. Il sera également possible d’obtenir une consultation médicale sur référence d’un médecin ou d’un pédiatre. Les heures d’ouverture des cliniques sont de 8 h à 20 h, 7 jours sur 7.

Des mesures de protection strictes sont en place dans ces nouvelles cliniques d’évaluation, autant pour la clientèle que pour le personnel de soins. Il faut d’ailleurs s’y présenter seul afin de limiter les risques de contamination.

Les cliniques désignées d’évaluation COVID-19 se veulent une mesure complémentaire pour les cas non critiques qui ont besoin de soins. Elles visent à soutenir les hôpitaux, les cliniques de médecine familiale et les équipes de santé publique. L’ouverture de ces cliniques permettra d’éviter l’engorgement des urgences et de diminuer le nombre de personnes consultant dans les cliniques médicales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.