Publicité

9 juin 2020 - 10:16

Elles ont dénoncé son « inaction » et son « manque de respect »

Les professionnelles en soins des Laurentides redemandent l’appui de la députée d'Antoine-Labelle

Par Salle des nouvelles

Les professionnelles en soins du FIQ - Syndicat des professionnelles en soins des Laurentides se sont mobilisées, aujourd’hui devant le bureau de la députée Chantale Jeannotte à Mont-Laurier. Elles ont dénoncé son « inaction » et son « manque de respect » envers les professionnelles en soins de sa circonscription.

Elles lui ont demandé de rencontrer le syndicat et de faire des pressions sur la ministre de la Santé ainsi que la ministre de la région des Laurentides afin que l’utilisation abusive des arrêtés soit cessée.

« Ça n’a pas d’allure qu’une députée utilise un journal pour aviser le syndicat qu’elle ne les rencontrera pas, indique Denis Provencher président intérimaire du FIQ-SPSL. Pourtant, nous demandions une rencontre pour traiter avec elle de l’application abusive et disproportionnée de l’Arrêté ministériel dans sa circonscription qui affecte énormément ses propres citoyennes ! L’objectif ne demeurait que de protéger les professionnelles en soins et la population qui l’a élue à son poste. Elle se doit de bien les représenter et pour ça, elle doit les écouter ».

Les membres du FIQ-SPSL étaient mobilisées afin d’exprimer leurs insatisfactions et démontrer leur détresse. À l’aide de leur porte-voix rouge, elles ont scandé des phrases telles que "Jeannotte, m’entends-tu ?", "Protégez vos professionnelles en soins pour protéger vos électeurs".

« Je réitère que notre demande de rencontre est toujours actuelle. Nous sommes prêts à échanger avec Chantale Jeannotte et nous pourrons lui faire part de la véritable situation vécue par les professionnelles en soins de son secteur. Elle comprendra rapidement l’impact négatif de l’utilisation abusive des arrêtés pour les professionnelles en soins de sa circonscription et leur famille », a conclu Denis Provencher.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.