Publicité

31 mars 2021 - 14:06 | Mis à jour : 17:47

Nouvelle méthode obtenue par la salive lorsque la personne se gargarise

L’âge minimal requis pour le prélèvement par gargarisme passe de 6 à 5 ans dans les cliniques de dépistage

Par Catherine Deveault

Offerte dans les cliniques de dépistage de la COVID-19, la méthode de prélèvement par gargarisme est maintenant élargie aux enfants de 5 ans et plus. Moins invasive, cette nouvelle méthode est obtenue par la salive recueillie lorsque la personne se gargarise avec une eau de source. 

Afin que le prélèvement soit conforme, il est fortement conseillé de s’exercer à se gargariser à la maison avant de se rendre en clinique. Pour ce faire, 5 ml d’eau et un petit gobelet sont nécessaires. Tel qu’il sera demandé lors du dépistage, la personne doit se gargariser avec l’eau pendant 5 secondes dans la bouche, puis 5 secondes dans la gorge (la tête vers l’arrière). Cette séquence doit être faite deux fois. 

Que ce soit pour les enfants ou les adultes, un prélèvement non conforme par gargarisme ne pourra être analysé en laboratoire. Le test sera alors fait à l’aide d’un prélèvement dans la gorge et dans le nez. 

Rappelons que le prélèvement par gargarisme ne peut être offert à certains groupes. 

Clientèles exclues 

Rappelons que le prélèvement par gargarisme ne peut être offert à certains groupes

- Travailleur de la santé présentant des symptômes associés à la COVID-19. 

- Toute personne ne présentant pas de symptômes liés à la COVID-19 dont l’état pourrait nécessiter  une intubation ou une bronchoscopie dans un délai de 48 heures. 

- Toute personne ne présentant pas de symptômes liés à la COVID-19 en attente d’une greffe ainsi  que le donneur. 

- Toute personne n’étant pas en mesure de se gargariser conformément. 

- Enfant âgé de moins de cinq ans. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.