Nous joindre
X
Rechercher
Publicité

Santé

Débordements dans des salles d'urgence d'une majorité de régions du Québec

durée 12h00
27 décembre 2023
ici

commentaires

ici

likes

 

vues

imprimante
email
Par La Presse Canadienne

La baisse du taux d’occupation des salles d’urgence du Québec qui a pu être observée à partir du 19 décembre dernier a pris fin mardi.

Le site Index Santé a relevé que ce taux moyen avait progressé jusqu'à 95 % le 26 décembre, avant de bondir à 112 % mercredi matin, peu avant 6h00, ce qui était considéré très élevé. 

Parmi les 14 régions du Québec, huit affichaient mercredi un taux d’occupation supérieur à 100 %, dont certaines des plus populeuses.

À Montréal, le taux d’occupation moyen était de 118 %; 15 des 21 centres hospitaliers munis d’une salle d’urgence affichaient une occupation supérieure à 100 %. Elle était de 172 % à l’Hôpital général juif, de 160 % à l’Hôpital LaSalle et de 150 % à l’Hôpital de Verdun.

Parmi les 14 régions, le taux moyen le plus élevé était de 148 % dans les Laurentides, où chacune des six urgences débordait. Le taux était de 138 % dans Lanaudière, de 133 % à Laval, de 129 % en Montérégie, de 124 % en Abitibi-Témiscamingue, de 117 % en Outaouais et de 112 % dans la région Mauricie/Centre-du-Québec.  

À Québec et dans Chaudière-Appalaches, le taux d’occupation moyen oscillait entre 92 % et 96 %. Il était de 96 % en Estrie et de 80 % sur la Côte-Nord.

La seule région qui affichait un taux considéré normal était celle de la Gaspésie/Îles-de-la-Madeleine, à 66 %.

Mardi, la durée moyenne de séjour des personnes dans la salle d'attente était d’un peu plus de quatre heures et demie, mais la durée moyenne d’attente sur une civière était de 15 heures et 40 minutes.

Mercredi matin, peu avant le lever du jour, il y avait 3380 personnes dans les salles d’urgence du Québec.

La semaine dernière, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a demandé l'aide de la population pour soulager les urgences du Québec lors de la période des Fêtes. Il a signalé qu'il existait une grande proportion de personnes qui consultent à l'urgence sans avoir de problème urgent.

Le ministre a invité ces personnes à utiliser pendant les Fêtes d'autres options disponibles, dont les cliniques de médecine familiale ou d'infirmières praticiennes spécialisées et les pharmacies qui peuvent fournir des conseils professionnels. Il a rappelé que le service téléphonique 811 permet de parler à une infirmière et, parfois, d'obtenir un rendez-vous.

Pour sa part, le président de l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec, le Dr Gilbert Boucher, a déploré que trop de Québécois qui se présentaient dans les urgences sans avoir profité de soins de base.

Face à la circulation en forte hausse des virus de la COVID-19 et de l'influenza, le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau, a invité les gens à se faire vacciner pour freiner la propagation et éviter les complications.

Jean-Philippe Denoncourt, La Presse Canadienne

commentairesCommentaires

0

Pour partager votre opinion vous devez être connecté.

RECOMMANDÉS POUR VOUS


durée Hier 18h00

Des écologistes perturbent l'accès à l'Aéroport de Montréal

Des militants écologistes qui réclament la fin de tout nouveau projet d'exploitation fossile perturbent l'accès à l'Aéroport international Montréal-Trudeau. Des militants du groupe «The last generation» se seraient collé les mains au sol, sur l'une des voies qui mènent au débarcadère de l'aéroport de Montréal, mercredi vers 10 h. «Trois ...

durée Hier 15h00

Des médecins ont présenté des symptômes de stress post-traumatique durant la pandémie

Près d'un médecin sur cinq a présenté des symptômes de trouble du stress post-traumatique pendant la pandémie de COVID-19, révèle une nouvelle méta-analyse pilotée par un médecin de l'Université d'Ottawa. L'enquête a mesuré une prévalence de TSPT de 18,3 % parmi les médecins de 25 pays pendant la pandémie, ce qui est trois fois plus élevé que la ...

durée Hier 12h00

Nouvel espoir face au cancer du sein triple négatif

Un médicament déjà utilisé dans la lutte contre d'autres types de cancer du sein pourrait être utilisé face au cancer du sein triple négatif, un sous-type de cancer particulièrement agressif et susceptible de récidiver, démontrent des travaux réalisés au Centre universitaire de santé McGill. Le cancer du sein triple négatif touche environ 12 % ...