Publicité
17 janvier 2020 - 09:30

La tournée québécoise passe par Saint-Eustache et Saint-Jérôme

Le Festival de montagne Banff rappelle l'existence de l'aventure sportive

Par Salle des nouvelles

La Tournée mondiale du Festival du film de montagne de Banff s’active au Québec du 22 janvier au 13 mars 2020. Depuis 24 ans, la tournée québécoise crée un rendez-vous incontournable pour les adeptes de films d’aventure sportive et humaine. Le festival est présenté dans 23 villes de la province. Il sera de passage le 3 février au Zénith de Saint-Eustache et à Saint-Jérôme les 20 et 21 février prochains, salle André-Prévost à la Polyvalente.

Que l'on soit des fanatiques de plein air ou qu'on ait simplement envie de renouer avec la saison froide, le Festival est l'occasion idéale de se ressourcer et de se laisser inspirer pour nos prochaines aventures et escapades hivernales. Voici un aperçu à travers la bande-annonce de la tournée.

Le festival présente des courts et moyens métrages où l’aventure prend vie à travers des récits et des
portraits puissants et inspirants. Un plaisir renouvelé pour les fidèles et une découverte captivante pour les nouveaux venus. « Assister au Festival du film de montagne de Banff, c’est s’offrir un dose de grandiose, invite Stéphane Corbeil, instigateur de l'événement. La détermination, l’audace et la joie des aventuriers percent autant l’écran que la splendeur des images tournées aux quatre coins de la planète. »

Des cimes au surf, en passant par la course

Diversifiée, la programmation nous mène vers le sommet le plus isolé de l’Antarctique, dans les forêts poudreuses de la Colombie-Britannique, et sur les boulders du Mexique et de la Californie. L’objectif zoome aussi sur l’impact inattendu d’un coureur sud-africain sur sa communauté, de même que sur le courage d’une kayakiste qui dévale en solo des rivières de l’Himalaya indien. À quoi s’ajoute l'inspirante liberté d’un surfer qui se réjouit des vagues glaciales du Lac Supérieur et le récit d’une expédition au coeur d’une vallée du Pakistan qui fait éclater les clichés.

« On limite souvent la quête de l’aventure à celle de l’extrême, du spectaculaire et du danger, croit Stéphane Corbeil. C’est vrai que les risques et les sacrifices sont grands et l’adversité quasi permanente. Mais ce qui rend les films si inspirants, ce n’est assurément pas la possibilité de voir mourir un aventurier à l’écran! C’est la contagion créée par la satisfaction, la fierté et la joie à l’état pur vues dans les yeux de ceux et celles qui choisissent de tester leurs limites en toute connaissance de cause. »

Un film canadien dans la programmation

Cette année, 442 films ont été soumis à l’organisation et une centaine ont été retenus pour la Sélection officielle devant public au cœur du Parc national de Banff. Suite à l’événement, le festival fait escale dans 45 pays pour un total de plus de 500 représentations.

"Charge" est le court-métrage canadien présenté cette année, où quatre skieurs freestyle ahurissants et un pilote de drone champion du monde s’éclatent à Chatter Creek, en Colombie-Britannique. À travers d’hallucinantes forêts de poudreuse, ils ne respirent que pour une chose : dévaler des champs de neige à un rythme endiablé.

Cette année, les spectateurs auront droit à une programmation diversifiée, colorée et des plus inspirantes. Fidèle à ses habitudes, l’équipe du Festival s’est assurée de sélectionner des films qui sauront assurément plaire aux Québecois. Voici les coups de coeur de la tournée 2020 :

  • "Spectre expedition" - Mission Antartica : Une expédition de 65 jours réalisée par 3 amis et pendant laquelle l’un d’entre eux réalisera un rêve audacieux, soit celui d’atteindre le sommet du massif montagneux le plus éloigné sur terre, le Spectre, en Antarctique

  • "Surfer Dan": Se déroulant sur les vagues du Lac Supérieur au Michigan, un surfer prouve qu'avec courage, ouverture et créativité, on peut trouver tout ce qu’il faut pour créer dans notre cour arrière les plus beaux moments de notre vie ;

  • "Reel Rock 14: High road" : Frissons et sueurs garantis alors que la grimpeuse, Nina Williams, entame l’ascension d’un rocher sans corde, en hauteur, sans autres outils que ses pieds et ses mains.

Réserver ses billets.

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de la Rive-Nord se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de la Rive-Nord collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.